Caris Life Sciences présente des données soulignant l'utilité du profilage moléculaire multi-technologique dans l'orientation du traitement des patientes atteintes du cancer de l'ovaire et du cancer du sein

02 Juin, 2014, 00:37 BST de Caris Life Sciences

- Plusieurs études cliniques relatives aux cancers gynécologiques confirment l'utilité clinique unique de Caris Molecular Intelligence™

CHICAGO, le 2 juin 2014 /PRNewswire/ -- Caris Life Sciences®, une des plus grandes entreprises dans le domaine des biosciences qui se consacre à réaliser la promesse d'une médecine de précision, a annoncé aujourd'hui la présentation de données cliniques issues d'études démontrant l'utilité potentielle d'un profilage moléculaire global dans l'orientation du traitement des patients atteints d'affections malignes gynécologiques, parmi lesquelles le cancer du sein et le cancer de l'ovaire. Cette approche en matière de profilage s'étend au-delà de l'analyse ADN,  et fait appel à toutes les technologies pertinentes afin d'indiquer aux oncologues et aux patients des associations biomarqueurs/médicaments spécifiques et individualisées.

Les données de Caris, présentées lors du 50e rassemblement annuel de l'American Society of Clinical Oncology (ASCO), incluent des recherches de profilage moléculaire autour du cancer séreux de l'ovaire, dans le cadre desquelles un profilage multi-technologique a été utilisé pour détecter des réponses phénotypiques extrêmes et écarts de diagnostic. Ces recherches facilitent l'identification des thérapies à la fois conventionnelles et expérimentales, avec un avantage potentiel pour ces patients. Caris présentera également une étude relative au cancer métaplasique du sein (ou CSM), qui a comparé le CSM au cancer du sein triple négatif (CSTN) afin de révéler des informations cliniques clés.

« Les présentations effectuées par Caris autour des cancers gynécologiques lors du rassemblement ASCO de cette année démontrent combien le profilage moléculaire multi-technologique peut permettre de conférer aux oncologues la compréhension moléculaire la plus précise du cancer d'une patiente, mettant en lumière d'importantes informations cliniques contribuant à une individualisation des traitements contre le cancer, » a déclaré Sandeep K. Reddy, docteur en médecine, directeur médical chez Caris Life Sciences. « De manière conjointe, ce corpus de recherches soutient l'approche globale de la société consistant à collecter les données de profilage tumoral les plus informatives, et ouvrent grand la voie à de futures recherches. »

« Identification des réponses phénotypiques extrêmes et écarts de diagnostic autour du cancer séreux de l'ovaire, » présenté par Douglas A. Levine, docteur en médecine, FACOG, FACS, Memorial Sloan-Kettering Cancer Center de New York, NY. Lundi 2 juin, de 11h30 à 12h45, E354a.

Dans cette étude relative au cancer séreux de l'ovaire (CSO), sous-type histologique du cancer de l'ovaire particulièrement meurtrier, Caris a profile 1 248 patients atteints de CSO, tandis que les chercheurs du Memorial Sloan-Kettering Cancer Center ont procédé à l'analyse des données. Les conclusions démontrent ici une opportunité potentielle consistant à recourir à un profilage multi-technologique pour la détermination des régimes chimiothérapiques, à travers l'identification de réponses phénotypiques extrêmes et écarts de diagnostic chez ces patientes. En utilisant analyse mutationnelle et immunohistochimie (IHC), ces recherches ont identifié des réponses phénotypiques extrêmes via une combinaison de marqueurs putatifs de résistance. Plusieurs écarts de diagnostic ont été identifiés dans les cas où les profils de mutation présentaient une incohérence par rapport aux fréquences de référence définies par le projet mené autour du cancer de l'ovaire par The Cancer Genome Atlas.

Comptent parmi les aspects clés issus des données à jour composant cette étude clinique :

  • Un phénotype de résistance extrême aux médicaments a été identifié chez 39 (3,7 pour cent) des 1 048 patientes, à travers une combinaison entre la surexpression du gène ABCB1 et soit une expression élevée du TUBB3, soit une faible expression de la topoisomérase 2A (TOPA2A), suggérant une résistance aux taxanes et aux anthracyclines.
  • Une perte de PTEN a été identifiée chez 110 (16,8 pour cent) des 653 patientes présentant des mutations pathogènes TP53, suggérant le bienfait potentiel des inhibiteurs des voies AKT et mTOR, qui sont peu couramment administrés aux patientes atteintes d'un cancer de l'ovaire.
  • Des mutations KRAS, NRAS ou BRAF ont été identifiées chez 66 (6,1 pour cent) des 1 090 patientes qui ont fait l'objet d'un séquençage ; la plupart de ces mutations (79,4 pour cent) ont été observées chez des patientes sans mutation TP53, suggérant un écart de diagnostic, dans la mesure où les CSO présentent habituellement des mutations somatiques TP53 universelles, avec une absence de mutations RAS/RAF.

« Altérations génomiques et protéiniques au sein de 126 cancers métaplasiques du sein triple négatif, » présenté par Joyce O'Shaughnessy, docteur en médecine, Texas Oncology – Baylor Charles A. Sammons Cancer Center. Lundi 2 juin, de 16h45 à 18h00, E Hall D1.

Le rassemblement de l'ASCO comprendra également plusieurs autres expositions de présentations démontrant l'utilité du profilage moléculaire dans la caractérisation des cancers gynécologiques, y compris une importante exposition d'étude du cancer métaplasique du sein (CSM), sous-type rare (moins d'1 pour cent) du cancer du sein qui s'avère généralement ER-, PR- et HER2-négatif, selon un profil claudin-faible d'expression du gène. En partenariat avec le Texas Oncology – Baylor Charles A. Sammons Cancer Center, ces recherches ont comparé l'expression génomique et protéinique des tumeurs du CSM avec les tumeurs du cancer du sein triple négatif (CSTN), forme agressive de cancer du sein dans le cadre de laquelle les cellules cancéreuses présentent un manque de récepteurs d'œstrogène (ER), de récepteurs de progestérone (PR), ainsi que d'importantes quantités de protéines HER2/neu. Sur les 2 000 CSTN référencés par Caris depuis 2009 dans 50 États et 59 pays, 126 cas se sont révélés être des CSM triple négatifs.

En recourant à une approche multi-technologique, incluant séquençage (Sanger ou NGS), expression protéinique (IHC) et/ou amplification génique (hybridation in situ chromogénique ou fluorescente [CISH/FISH]), cette étude a rapporté que 97 pour cent des cas de CSM se révélaient présenter des altérations génétiques cliniquement pertinentes, dont 84 pour cent basées uniquement sur des changements d'expression protéinique ou sur l'augmentation du nombre de gènes, avec une absence de mutations génétiques. En outre, plus de la moitié des cas de CSM se sont révélés présenter des altérations génétiques et/ou une perte de PTEN sur la voie PI3K, une zone au niveau de laquelle plusieurs thérapies expérimentales font actuellement l'objet de recherches dans le cadre d'essais cliniques. Au sein d'un sous-ensemble réduit de cas évalués en termes de niveaux protéiniques PD-1/PD-L1, tous présentaient une surexpression, suggérant la possible efficacité des agents immunomodulateurs PD-1/PD-L1. Cette étude a également détecté plusieurs différences moléculaires notables entre les patientes CSM et CSTN.

Comptent parmi les autres présentations de Caris Life Sciences effectuées au cours de l'ASCO en matière de cancers gynécologiques :

Date, heure et lieu : samedi 31 mai, de 8h00 à 11h00, E354b, et de 11h30 à 12h45, E354a
Session de présentation phare : « Profilage moléculaire du carcinome ovarien à cellules claires »
Orateur : Michael Friedlander, docteur en médecine.
En collaboration avec : Prince of Wales Hospital – Sydney, Australie

Date, heure et lieu : samedi 31 mai, de 8h00 à 11h00, S Hall A2
Session de présentation générale : « Analyse moléculaire du cancer ovarien non-épithélial par sous-type histologique »
Orateur : Hani Gabra, Ph.D.
En collaboration avec : Imperial College, Londres, Royaume-Uni

Date, heure et lieu : mardi 3 juin, de 9h45 à 12h45, E Hall D1
Présentation orale : « Expression des cibles immuno-thérapeutiques nouvelles dans le cadre du cancer du sein triple négatif »
Synthèse/présentation numéro : 5570
Orateur : Barbara Pockaj, docteur en médecine
En collaboration avec : Mayo Clinic de Phoenix, Arizona

À propos de Caris Molecular Intelligence™

Caris Molecular Intelligence™, le premier service de profilage moléculaire du cancer sur le marché, aide les oncologues à traiter le cancer de façon plus intelligente en proposant pour les patients les options thérapeutiques présentant le plus grand potentiel. Ce service a été utilisé par plus de 6 000 oncologues en vue de mettre au point des programmes de traitement individualisés et exploitables pour plus de 60 000 patients atteints du cancer dans 59 pays à travers le monde. Caris Molecular Intelligence intègre les dernières données panoramiques pertinentes – à savoir la combinaison de gènes, protéines, voies moléculaires et caractéristiques uniques du patient – tirées d'études sur le cancer et sur la biologie du cancer afin d'identifier les associations médicamenteuses les plus exploitables sur le plan clinique agréées par la Food & Drug Administration ou qui sont en phase active d'essai clinique aux États-Unis. Au-delà d'une simple analyse d'ADN, Caris Molecular Intelligence évalue tous les composants biologiques pertinents, tels que l'ARN ainsi que les taux d'expression protéinique et d'amplification génétique afin d'offrir aux oncologues le plus grand nombre possible d'options thérapeutiques pour leurs patients. Actuellement, Caris peut identifier des orientations thérapeutiques concernant jusqu'à 51 associations médicamenteuses, ce qui dépasse de loin les 19 qui peuvent être identifiées en utilisant uniquement le séquençage de prochaine génération. Cette orientation thérapeutique est fournie par voie électronique au médecin qui en fait la demande sous la forme d'un rapport facile à lire qui permet l'élaboration de programmes de traitement sur mesure. Pour de plus amples informations sur Caris Molecular Intelligence, consultez www.carismolecularintelligence.com.

À propos de Caris Life Sciences

Caris Life Sciences est une des plus grandes entreprises dans le domaine des biosciences qui se consacre à réaliser la promesse d'une médecine de précision. Caris Molecular Intelligence™, le premier et le plus grand service de profilage de tumeurs sur le marché, propose aux oncologues les options thérapeutiques les plus exploitables sur le plan clinique permettant de personnaliser les soins. Faisant appel à toute une série de technologies évoluées et cliniquement utiles qui évaluent tous les composants biologiques pertinents du cancer d'un patient, Caris Molecular Intelligence met en rapport les données moléculaires générées à partir d'une tumeur et les associations biomarqueurs/médicaments tirées de la littérature clinique sur le cancer. L'entreprise élabore également une série de tests sanguins fondés sur sa plateforme exclusive Carisome® TOP™, une technologie de test sanguin révolutionnaire destinée au diagnostic, au pronostic et à la théranostique du cancer et d'autres maladies complexes. Établie à Irving, au Texas, Caris Life Sciences propose des services à travers les États-Unis, l'Europe, l'Australie et d'autres marchés internationaux. Pour en savoir plus, veuillez visiter www.carislifesciences.com.

LA

SOURCE Caris Life Sciences



Liens connexes

http://www.carislifesciences.com