Thomson Reuters révèle le Top 100 des innovateurs mondiaux 2015

13 Novembre, 2015, 17:11 GMT de Thomson Reuters

Émergence de nouveaux acteurs à l'heure où Amazon étend rapidement son portefeuille de brevets dans d'autres domaines ; Chevron et Exxon Mobil progressent à grands pas en matière d'énergies alternatives ; le secteur de la chimie réalise une nette avancée grâce à la fourniture de solutions en faveur de nombreuses industries.

NEW YORK, 13 novembre 2015 /PRNewswire/ -- Thomson Reuters IP & Science dévoilera aujourd'hui son très attendu Top 100 des innovateurs mondiaux 2015 lors de l'événement The Future of Money: Cashing Out on Cash, qui fait partie d'une série d'événements mettant à l'honneur et démystifiant l'innovation. L'étude de 2015 révèle plusieurs changements significatifs sur le plan sectoriel et régional, qui suggèrent que la « survie du plus fort » tend à devenir désormais la « survie du plus grand » à l'heure où les entreprises visent à étendre leurs portefeuilles de brevets.

Photo -  http://photos.prnewswire.com/prnh/20151112/286867-INFO

Pour la cinquième année consécutive, les performances financières des innovateurs du Top 100 ont été supérieures à celles des entreprises intégrant des indices financiers majeurs, ce qui renforce les bénéfices d'un investissement accru en R&D et en protection par brevets. Les sociétés du Top 100 des innovateurs mondiaux 2015 ont réalisé des performances supérieures à l'indice mondial MSCI en termes de chiffre d'affaires à hauteur de 6,01 points de pourcentage, en termes d'emploi à hauteur de 4,09 points de pourcentage, ainsi qu'en termes de dépenses en R&D pondérées en fonction de la capitalisation boursière à hauteur de 1,86 point de pourcentage.

Le Top 100 des innovateurs mondiaux 2015 de Thomson Reuters se fonde sur une analyse du volume global de brevets, des taux de succès d'octroi de brevets, de la portée globale et de l'influence en matière d'invention telle que démontrée par des citations. Pour le classement 2015, Thomson Reuters a étendu l'analyse à l'aide d'un examen plus approfondi de l'innovation dans la région de la Baie de San Francisco.

Conclusions clés en matière d'innovation globale

  • La recherche et la navigation au sein de l'Internet des médias constituent un domaine émergent de l'innovation. Amazon a rejoint les rangs des innovateurs du Top 100 pour la toute première fois, produisant chaque mois une poignée de nouvelles inventions dans des domaines étendus tels que les centres de données, les appareils, les méthodes électroniques et les systèmes.
  • Bien que les secteurs du pétrole et du gaz n'aient pas été représentés en 2014, Chevron, Exxon Mobil et Idemitsu Kosan ont cette année figuré dans la liste des avancées accomplies, en matière de fracturation hydraulique du gaz naturel ainsi que d'expansion vers des énergies alternatives.
  • Le secteur de la chimie a de nouveau été présent dans le classement — avec la plus importante progression au sein du rapport — répondant à des demandes dans des industries telles que le développement de médicaments, la chimie alimentaire et les solvants industriels.
  • Ayant autrefois dominé le classement, le secteur des semi-conducteurs continue de jouer un rôle crucial dans le développement numérique, y compris en matière d'Internet des Objets. L'innovation mondiale dans ce secteur a toutefois considérablement ralenti en raison de l'utilisation de nouvelles technologies destinées à optimiser la vitesse et la fonctionnalité des ordinateurs.
  • L'Asie maintient sa position de leader mondial de l'innovation, avec 44 organisations représentées, perdant toutefois des parts de marché au profit de l'Europe, laquelle augmente sa présence en passant de 18 à 20 sociétés représentées. La France est en tête du continent européen, avec 10 organisations représentées. L'Amérique du Nord conserve une position stable avec 36 organisations, bien en dessous de son pic de 46 en 2011.
  • Le Royaume-Uni demeure remarquablement absent, principalement en raison des dépenses intérieures brutes en R&D (DIRD) relativement faibles du pays. À titre d'illustration, les DIRD du Royaume-Uni s'élèvent à 1,63 pour cent, contre 3,47 pour cent au Japon ; le Japon se trouve à nouveau honoré, avec 15 sociétés reconnues à cinq reprises, contre 14 pour les États-Unis.
  • La Chine est elle aussi notablement absente cette année, après avoir fait sa première apparition dans le classement en 2014. Le pays continue de faire évoluer son infrastructure en matière de propriété intellectuelle, avec un nombre record de brevets domestiques, sachant toutefois que de nouveaux efforts en direction de brevets mondiaux seront essentiels au renforcement de l'impact et de l'influence du pays au sein du paysage de l'innovation.

Grâce à l'ajout du classement des Meilleurs innovateurs de la région de la Baie de San Francisco, l'activité d'innovation de la Silicon Valley se trouve comparée à celle tu Top 100 des innovateurs mondiaux, cette comparaison fournissant également des informations concernant les domaines technologiques croissants. Cette analyse a permis d'identifier des différences notables, ainsi que certaines similitudes, entre les deux groupes. Malgré de nettes baisses en matière d'innovation mondiale, l'univers des semi-conducteurs continue de dominer la région de la Baie, représentant 26 pour cent de la liste globale. Le domaine des produits pharmaceutiques est fortement représenté dans la région de la Baie et dans le Top 100, démontrant l'accent évolutif placé par ce secteur en faveur de progrès en matière de médecine de précision, de génomique, et de réaffectation des médicaments.

« Au sein d'un marché international aujourd'hui ultra-compétitif, l'innovation exige bien plus que la simple découverte d'une idée exceptionnelle. La véritable innovation se produit lorsque des organisations tirent parti de la puissance des droits de propriété intellectuelle ainsi que des informations commerciales afin de donner vie à une idée, » a déclaré Dave Brown, vice-président principal de Thomson Reuters IP &Science. « C'est cette formule gagnante que nous appliquons à notre programme du Top 100 des innovateurs mondiaux. Les institutions figurant au classement de cette année représentent l'actuelle avant-garde de l'innovation, parvenant à se montrer pionnières en matière de nouvelles avancées tout en organisant leurs activités afin de faire de ces nouvelles découvertes une réalité. »

Aujourd'hui dans sa cinquième année d'existence, le Top 100 des innovateurs mondiaux constitue la première analyse continue des liens unissant protection des brevets, innovation et réussite économique. À des fins de comparaison, Thomson Reuters procède à une analyse année après année de trois mesures clés : chiffre d'affaires, nombre d'employés, et investissement en recherche et développement. Cette analyse se fonde sur les monnaies locales. Pour l'année 2015, l'indice mondial MSCI a été choisi en tant que référence permettant de refléter la nature fortement internationale des innovateurs du Top 100 ; les années précédentes avaient pris pour référence l'indice S&P 500, qui se composent uniquement de sociétés cotées aux États-Unis.

Rendez-vous sur http://top100innovators.stateofinnovation.thomsonreuters.com/ pour obtenir la liste du Top 100 des innovateurs mondiaux 2015 et télécharger le rapport complet afin de consulter l'analyse et la liste des Meilleurs innovateurs de la région de la Baie.

En savoir plus sur la méthodologie. 

Visionnez une vidéo ultérieure à l'événement The Future of Money: Cashing Out on Cash.

Thomson Reuters
Thomson Reuters est la source leader mondiale d'informations intelligentes destinées aux entreprises et aux professionnels. Nous allions expertise sectorielle et technologie innovante afin de mettre des informations stratégiques à la disposition des principaux décideurs des marchés de la finance et du risque, du juridique, de la fiscalité et comptabilité, de la propriété intellectuelle, des sciences et des médias, fournies par l'organisation médiatique la plus reconnue au monde. Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.thomsonreuters.com.

LA

SOURCE Thomson Reuters



Liens connexes

http://thomsonreuters.com