Artprice T1 2013, C.A. en hausse. Perspectives 2013

PARIS, May 14, 2013 /PRNewswire/ --

      Chiffre d'affaires en KEUR        1T13        1T12      Variation en %
    Internet                             1425        1410           +1
    Indices et autres prestations          85          60          +42
    Recettes sur enchères réalisées
    sur la Place de Marché
    Normalisée (*MM type)                  12
          Total 1er Trimestre            1561        1478          + 5


    (*MM type =décalage d'encaissement)

Le chiffre d'affaires du T1 2013 est légèrement supérieur (+5%) au T1 2012 alors que la société est passée d'un modèle semi-payant à un modèle 100% gratuit pour sa Place de Marché Normalisée à prix fixe et durant 2012 pour d'autres produits et services d'Artprice, permettant ainsi d'absorber plus rapidement que prévu une part du marché mondial des ventes d'art de gré à gré sans la moindre perte d'exploitation.

A contrario de la presse écrite dans le monde, qui vit une crise sans précèdent car elle ne trouve pas encore de modèle rentable avec l'Internet, Artprice, comme indiqué dans ses précédents communiqués, depuis début janvier 2013, a accéléré l'injection de 80% de ses données en mode gratuit dans Internet avec 250 millions de data en mode freeware (licence informatique propriétaire distribuée gratuitement sans toutefois conférer à l'utilisateur certaines libertés d'usage) par ses accords avec Google (2003) puis Baidu (Chine), en déterminant avec précision la bonne césure dans la valeur ajoutée de ses data, en ne gardant en mode payant que les 20% de la data où la valeur ajoutée déterminante réside et cautionne ainsi la véracité des 80% de part gratuite.

Cela démontre la capacité exceptionnelle d'Artprice à générer de nouveaux clients qualifiés et de viser à terme (horizon 2014/2015) plus de 10 millions de clients avec leurs modes comportementaux dans le respect des textes en vigueur sans la moindre perte de C.A. avec un résultat positif et un accroissement des fonds propres (c.f. 2012).

Ces masses de données gratuites très importantes pour le Marché de l'Art vont modifier radicalement la structure de la connaissance de ce marché historique et donc faire migrer les transactions physiques vers l'Internet de par la normalisation des œuvres permettant ainsi la dématérialisation comme la corbeille et les carnets d'ordres face aux bourses électroniques (ECN).

Les chiffres d'Artprice clôturés en 2012 valident en tous points cette stratégie et ont permis d'acquérir durant cet exercice 700 000 nouveaux clients avec leurs modes comportementaux dans le respect des textes en vigueur.

Cette action réfléchie mais conséquente va annihiler les vieux réseaux physiques où la seule valeur ajoutée naissait de l'ignorance de l'une ou l'autre des parties. La capillarité de l'Internet, qui avait pris un très important retard dans le Marché de l'Art par rapport aux autres secteurs économiques, est désormais en plein essor (90 % de pénétration /source AMI pour 2013/2015; pour mémoire, en 2010 le taux était à peine de 30%).

Les process industriels d'Artprice (tous protégés au titre de la propriété intellectuelle) qui normalisent le Marché de l'Art (ID artiste/bio, ID œuvre/traçabilité, ID catalogue raisonné, ID estimation/économétrie, ID indice, ID image, ID bibliographie, ...) avec des centaines de millions de données propriétaires sont en train de se déployer dans l'Internet avec, début janvier décembre 2013 les bases de données en clair de l'intégralité des œuvres et de leurs traçabilités (de 1700 à nos jours) dans le Marché de l'Art pour générer une nouvelle accélération très forte du fichier clients mais aussi par le développement des A.P.I. ouvertes réalisées sous architecture REST.

De telles banques de données normalisées, qui s'enrichissent tous les jours, sont le fruit de dizaines d'acquisitions dans le monde par Artprice et plus d'un million d'heures de ses Historiens, Rédacteurs et Développeurs de 1997 à 2013 (c.f. détail et historique dans le document de référence Artprice). Sans aucune contestation possible, les banques de données d'Artprice en 6 langues, dont le mandarin, sont reconnues comme les plus exhaustives au monde par les professionnels de l'Art.

Faits nouveaux sur la Place de Marché Normalisée aux enchères depuis mai 2013.

Artprice a développé pour sa Place de Marché Normalisée® aux enchères, définie comme une infrastructure au titre de l'article 5 de la loi 2011-850 du 20 juillet 2011, un process permettant d'intégrer les deux principaux leaders du séquestre en ligne, Escrow.com et Transpact.com.

Artprice a développé conjointement avec son partenaire américain et leader mondial, Escrow.com (escrow signifiant séquestre en anglais), une version 2013 en Euro et simplifiée dans son nombre d'étapes telle qu'attendue par la clientèle européenne d'Artprice. Le niveau de confiance des deux compagnies leur a permis de pouvoir mettre en ligne ce mois-ci ce qui constitue, selon thierry Ehrmann, Président et fondateur d'Artprice : « l'avenir des transactions sur Internet, à savoir la notion de tiers de confiance avec séquestre et main levée, défi qu'aucune banque européenne, et notamment française, n'a été capable de relever... ».

Cette nouvelle version a été déployée par Artprice début du mois de mai 2013, avec une ergonomie très simplifiée avec la devise européenne et avec des coûts de séquestre et tiers de confiance extrêmement compétitifs ainsi qu'un niveau de confiance bien supérieur à l'économie physique du Marché de l'Art, où les incidents de paiements sont importants.

Artprice a ainsi validé avec cette nouvelle version ce qu'elle pressentait, à savoir : que ses clients sont matures pour basculer de la Place de Marché Normalisée à prix fixe au mode enchères dès lors où des étapes fastidieuses et administratives leur sont supprimées.

(voir précédents communiqués et l'information réglementée d'Artprice d'avril 2012 confirmés par le Document de Référence du 27 juillet 2012 où, en toute transparence, Artprice avait communiqué avec précision le problème transitoire notamment dans le chapitre "Risques liés à l'application de la Directive Services donnant capacité de pratiquer sur la Place de Marché Normalisée® d'Artprice des opérations de courtage aux enchères par voie électronique". Ces facteurs de retard sont parfaitement détaillés point par point au regard des lois françaises portant sur la réforme des ventes publiques réglementées par les alinéas 2 et 3 de l'article L 321.3 du Code du Commerce).

Evénements futurs en 2013/2014 : Déplacement du cœur industriel de Artprice à Hong Kong.

Le déplacement du cœur industriel (salles informatiques) de Artprice à Hong Kong ainsi qu'à Singapour dans un second temps correspond à plusieurs objectifs concrets. En premier lieu, se rapprocher de son cœur de marché. L'Asie pèsera plus vite que prévu 70% du marché de l'art mondial avant 2015 selon Artprice. Ce fait majeur est depuis confirmé par tous les acteurs du Marché de l'Art.

De même, la loi fondamentale de la région administrative spéciale de Hong Kong issue de la déclaration commune sino-britannique du 19 décembre 1984 avec pour principe "un pays, deux systèmes" va permettre à Artprice de pouvoir fortement développer son C.A. sans subir les contraintes invraisemblables franco-française en matière de courtage aux enchères par voie électronique pour un pays comme la France qui est sorti définitivement du podium (4ème rang) et qui représente à peine 3 à 4% du Marché de l'Art mondial. Cette décision est l'aboutissement d'une réflexion industrielle de 27 ans avec groupe Serveur, maison mère d'Artprice.

De plus, la somme de difficultés développées par des tiers et autres organismes pour freiner l'essor des enchères d'Artprice à partir de la France relève du non sens pour une nation qui est définitivement rayée des grands acteurs du Marché de l'Art. On peut entre autres citer l'incident injustifié et préjudiciable de janvier 2012, réitéré de manière quasi-identique le 25 mars 2013 dans les Echos où, dans le cadre de l'interview de Mme Catherine Chadelat, Présidente du Conseil des Ventes Volontaires, cette dernière déclare entre autres dans le paragraphe "Les ventes aux enchères sont elles en danger? Comment y remédier" le propos suivant: "J'en veux pour preuve l'action que nous avons dû mener contre le géant du net Artprice pour dissiper toute confusion" sont bien la preuve que la bascule de la Place de Marché Normalisée à prix fixe et aux enchères d'Artprice en Asie relève de l'acte de gestion salutaire et bénéfique pour Artprice et ses actionnaires français et étranger.

Pour être au cœur du marché asiatique, Artprice constate notamment sur Hong Kong et Singapour que les grands flux financiers d'actions, au même titre que le Marché de l'Art, ne passent plus par l'Europe mais directement par l'Asie.

Pour mémoire, Artprice a été la première agence de presse dans le monde à annoncer et certifier en 2010, chiffres à l'appui, que la Chine était devenue dans le Marché de l'Art la première puissance mondiale sans contestation possible devant les USA. En 2013, la Chine pèse près de deux fois les USA. Pour information en 2000, la Chine était à 3% de part de marché.

Enfin, Artprice rappelle que l'intégralité de ses services, produits, Place de Marché Normalisée aux enchères et à prix fixe ainsi que ses 27 millions de pages de données sont en Mandarin standard depuis plusieurs années. Cette ouverture est donc le fruit de cinq ans de travail d'implantation en Asie. D'où l'importance du moteur de recherche Baidu qui a 90% de part de marché en Chine et Hong Kong.

Artprice confirme son partenariat avec Escrow et ses partenaires asiatiques.

Selon Brandon Abbey, le PDG d'Escrow.com (signifiant séquestre en anglais), « De même que les places de marché comme Artprice, leader mondial sur son créneau, continuent de se développer à travers le monde et en Asie , le besoin de disposer de méthodes de paiement sûres et sécurisées va croissant. ». « Nous avons travaillé conjointement avec Artprice », continue-t-il, « pour développer notre offre simplifié d'abord en Euro et pensons que c'est un scénario gagnant-gagnant pour l'acheteur, le vendeur, l'infrastructure d'Artprice et Escrow.com le tiers de confiance. Les fonds de l'acheteur sont protégés jusqu'à ce que l'œuvre d'art soit livrée, le paiement du vendeur est sécurisé, Artprice propose à ses utilisateurs l'environnement le plus sûr qui soit et Escrow.com continue son développement à l'échelle mondiale. » Artprice confirme son partenariat avec Escrow et ses partenaires asiatiques où, grâce à la réglementation en vigueur, des versions extrêmement simplifiées seront déployées dans toutes les langues des clients d'Artprice sans barrières administratives qui sont le fruit de vieux lobbies.

Pour information , Escrow.com a été le pionnier du séquestre en ligne. La société, fondée en 1999 par Fidelity National Financial, basée en Californie (USA) s'est imposée comme le leader mondial des transactions sécurisées sur Internet. Escrow.com traite plus de 1,5 milliards de dollars de transactions sécurisées avec un taux de près de 50 % impliquant des acheteurs et vendeurs internationaux.

Selon thierry Ehrmann, PDG d'Artprice, "dans peu de temps, l'ancienne économie devra reconnaître, chiffres en mains, le paradigme selon lequel les transactions sur Internet sont beaucoup plus sécurisées que dans l'économie physique et notamment dans le Marché de l'Art où le taux d'impayés est lourd".

L'avenir du Marché de l'Art: Internet.

Concernant l'avenir du Marché de l'Art sur Internet, Artprice invite à lire les nombreuses analyses et études qui convergent toutes dans le même sens, comme celle des Echos où le Rapport annuel d'Artprice sur le Marché de l'Art est présenté avec en écho, une interview du Président de Christie's qui se termine par cette phrase "L'avenir du Middle Market de 800 à

10 000 € est sur le net." Artprice précise, que ce segment représente à l'échelon mondial, 81 % des transactions. Artprice ramène ainsi la preuve par un tiers, qui a la qualité d'expert incontestable, que l'ancienne économie du Marché de l'Art considère indiscutablement que 81% des ventes d'œuvres d'art passeront bien par Internet et, de facto, une grande partie par Artprice sur sa Place de Marché Normalisée. Les grandes Maisons de Ventes mondiales tiennent toutes actuellement un discours similaire à Christie's.

De même, l'étude économique de fin 2012 ayant pour titre : "La mort prochaine des Maisons de Ventes par Artemundi Global Fund" est édifiante et conforte point par point la vision d'Artprice sur les enchères en lignes : http://www.artmediaagency.com/56446/la-mort-des-maisons-de-ventes

Du fait de la crise économique et financière mondiale, qui a changé en une décennie la géopolitique du Marché de l'Art mondial, la quasi-totalité des Maisons de Ventes dans le monde, et principalement dans la grande Asie, se rapproche d'Artprice qui travaille avec elles en étroite collaboration depuis 1987 pour réaliser, notamment par voie électronique, leurs enchères en ligne grâce à la Place de Marché Normalisée d'Artprice et ses 2,07 millions de membres dans plus de 90 pays, en mode marque blanche ou marque grise.

En effet, les Maisons de Ventes quelques soient leurs tailles et leurs pays, sont toutes en train de fermer peu à peu leurs salles des ventes physiques, génératrices de charges désormais inutiles, pour aborder avec plus de 10 ans de retard, les ventes d'art sur Internet où la barrière d'entrée financière est très lourde mais vitale pour leurs survies.

Le Nerf de la guerre est le coût d'intermédiation (37,5% en moyenne selon le C.V.V.) où Artprice impose ses taux, là où réside le profit, à savoir 9% de produit résultant de la Place de Marché Normalisée aux enchères sur les œuvres de moins de 7500€, 7% de 7 500 à 15 000 € et 5% sur les œuvres de plus de 15 000 €. Cette politique tarifaire est imbattable pour saisir le Middle Market de 800 à 15 000 € qui représente 81% des transactions.

Ainsi, l'économie du Marché de l'Art, comme tous les marchés, tend naturellement à privilégier le circuit le plus rapide, le moins coûteux, le plus liquide et celui permettant de trouver un prix de marché en temps réel avec une masse critique d'intervenants et bien sûr, une information transparente sur l'intégralité des prix et indices. La Place de Marché Normalisée d'Artprice à prix fixe et aux enchères et ses banques de données (toutes protégées au titre de la propriété intellectuelle) répondent exactement à ces cinq points.

A une question souvent posée à Artprice, notamment par ses propres actionnaires et des tiers, à savoir "Pourquoi ne pas imposer d'office aux clients d'Artprice le transfert de la Place de Marché Normalisée à prix fixe, à la version enchères en supprimant d'office la version à prix fixe où Artprice n'est pas rémunérée ?". Artprice considère cette option comme une grave erreur marketing qui fragiliserait la Place de Marché Normalisée à prix fixe, compte tenu de ses forts volumes, et qui est un véritable éco-système économique depuis janvier 2005.

De même, la Place de Marché Normalisée à prix fixe est le principal générateur de nouveaux clients. C'est par cette réflexion qu'Artprice doit opérer une transition en douceur, sans jamais forcer ses fidèles clients, d'autant plus que cette dernière a continué de croître fortement avec la création de nouveaux clients tout au long de l'année 2012 par sa gratuité absolue.

Artprice se fonde, sur le principe et le bon sens, qu'une très grande majorité des vendeurs choisira naturellement à terme les enchères car, contrairement à un marché comme l'immobilier ou l'automobile, où la variation entre le prix fixe et les enchères est somme toute peu importante, dans le cadre d'Artprice, le différentiel du prix fixe que l'on présume d'une œuvre d'art et celui du prix résultant d'une enchère peut, même si le vendeur est un professionnel, passer du simple au double très naturellement.

C'est sur ce postulat qu'Artprice considère qu'elle détient, de manière propriétaire, depuis bientôt 9 ans, un nombre de vendeurs et d'acheteurs très important dans un mode bases de données et software propriétaires, et ce, dans le monde entier.

Pour rappel, le modèle de la Place de Marché Normalisée à prix fixe est désormais éprouvé et validé par le Marché de l'Art notamment en période de crise majeure. Les chiffres parlent d'eux-mêmes : selon le rapport d'activité 2005 du Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques, "l'offre sur Artprice était de 1,3 milliard d'euros d'oeuvres d'Art". En 2006, l'offre était de 2,7 milliards d'euros d'oeuvres d'Art. En 2007, l'offre était de 4,32 milliards d'euros d'oeuvres d'Art. En 2008, l'offre était de 5,4 milliards d'euros d'oeuvres d'Art. En 2009, l'offre était de 5,85 milliards d'euros; en 2010, l'offre était de 6,3 milliards d'euros. En 2012, Artprice confirme avoir quantifié une offre avec un volume légèrement supérieur à l'année 2011 : 7,1Mds€ d'œuvres d'art, avec un taux de ventes estimé approximativement de l'ordre d'un tiers sur lesquelles Artprice n'est pas encore commissionnée (détails et méthodes dans le  Rapport financier 2012).

L'Internet mobile et la 4G véritables relais de croissance.

Il est vrai qu'en 13 ans, le nombre de connectés à Internet est passé de 90 millions à 3 milliards d'internautes devenus de réels consommateurs de biens et de services. Mais il faut surtout prendre en compte l'arrivée plus récente des "Silver Surfeurs" que sont les plus de 50 ans, à haut pouvoir d'achat et principaux utilisateurs d'Artprice, qui font désormais d'Internet leur terrain de prédilection pour la recherche d'oeuvres d'art dans le monde, avec comme mode d'accès privilégié les tablettes et smartphones qui correspondent à leur culture et leur statut social.

Le triomphe commercial de l'Internet mobile colle parfaitement à Artprice car sa clientèle est par nature nomade, et a besoin d'informations dans le feu de l'action. C'est le cas entre autres pour les Marchands, Experts, Assureurs, Galeristes, Maisons de Ventes,  Douanes, Polices judiciaires et bien sûr les Collectionneurs et Amateurs en situation d'achat ou de vente en galerie ou en salle des ventes.

L'Internet mobile pour Artprice devrait représenter sous peu 80% de ses consultations. Artprice en 2012 est déjà à plus de 40%. L'ensemble des grands bureaux d'études émet une prévision en nombre de Smartphones et tablettes vendus pour 2013 qui se situe entre 900 et 1,3 milliard de nouveaux internautes mobiles. Pour la première fois, le célèbre cabinet d'études Gartner a voulu estimer le volume global du marché informatique mondial en agrégeant ses prévisions dans trois secteurs clé : le PC, le mobile et les tablettes tactiles. Le chiffre pour 2013 est très impressionnant puisque le britannique table sur 2,4 milliards d'unités vendues cette année reliées à Internet.

Avec l'arrivée de la 4G LTE dans le monde, les principaux opérateurs telecoms, dont certains sont déjà fournisseurs du Groupe depuis de nombreuses années, vont permettre à Artprice une multitude d'actes tarifaires qu'il était impossible de réaliser en mode 2G ou 3G. Ainsi, il est prévu, dans le cadre d'une fonction kiosque 4G/LTE avec les opérateurs télécoms, une facturation de micro-paiements (que les banques sont dans l'incapacité de traiter) ou au prélèvement mensuel automatique via l'abonnement téléphonique. En 2014, c'est plus de 3,6 milliards d'internautes mobiles qui pourront potentiellement se connecter à Artprice.

Artprice Screen.

La vente d'Artprice Screen ® (terminal data) en mode simple ou multi-user comme Bloomberg ou Reuters est en train d'infiltrer en profondeur l'ensemble des acteurs du marché de l'art mondial grâce à une approche de mass market et des prix Low cost. Cette stratégie donne à Artprice une position dominante sans le moindre abus, au regard des Autorités de la concurrence européenne, nord-américaine et asiatique.

L'abonnement multi-user a déjà son potentiel de C.A. captif. En effet, Artprice en 2013, met fin désormais à tous les abonnements mono-utilisateur dès lors que plusieurs postes sont connectés simultanément sur les serveurs d'Artprice et impose après détection informatique un abonnement multi-user. En cas de refus, Artprice pratique une interruption de service immédiate pour fautes contractuelles telles que définies aux C.G.V.

Pour information, le flux Artprice Screen ® délivre par tous types de terminaux 27 millions d'indices et résultats de ventes couvrant plus de 500 000 Artistes. Artprice Screen permet un accès illimité au plus grand fonds du Marché de l'Art au monde constitué de 108 millions d'images ou gravures d'oeuvres d'Art de 1700 à nos jours. Artprice Screen fournit ainsi à ses abonnés en temps réel, ses 171 banques de données  enrichies, entres autres, par les flux data en provenance de 4 500 Maisons de ventes et publie en continu les tendances du Marché de l'Art pour les principales agences et 6 300 titres de presse dans le monde en 5 langues outre le français.

Une analyse de Bryan, Garnier & Co en version anglaise en ligne cette semaine.

Une analyse de Bryan, Garnier & Co en version anglaise sera en ligne cette semaine sur leur site http://www.bryangarnier.com disponible sous format PDF en section Research. Pour information, Bryan, Garnier & Co est une banque européenne d'investissement indépendante, spécialisée dans les secteurs de croissance de l'économie .

Evolution du Marché de l'Art en 2013/2014, valeur refuge face aux crises de grandes ampleurs.

Les résultats et records spectaculaires sur l'ensemble des continents enregistrés en 2011 ainsi qu'au premier et deuxième semestre 2012 sur le marché de l'Art, attestent les chiffres et prévisions d'Artprice. Le Marché de l'Art a toujours été historiquement une valeur refuge face aux crises de grandes ampleurs et notamment aux dépréciations d'actifs financiers que l'économie mondiale et européenne continuent d'affronter en 2013/2014.

Cette confiance se retrouve aux USA qui ont été les premiers touchés par la crise du Marché de l'Art mais aussi peu à peu en Europe et principalement en Asie. De même, la remontée des prix des oeuvres d'art (Artprice Global Index) et les records successifs en 2012, sur l'ensemble des continents, montrent que la reprise du Marché de l'Art est définitivement en marche malgré la crise mondiale qui perdure et redouble de plus belle grâce à la grande Asie, véritable moteur du Marché de l'Art mondial.

A propos de la volatilité d'Artprice et des forts volumes quotidiens

A la question de certains actionnaires sur la volatilité du cours indépendant d'Artprice, la société renvoie le lecteur à l'ensemble des documents de références ainsi qu'en page 29 du rapport financier annuel 2012 publié le 30 avril 2013 en facteurs Risques de Marché 2.4.1 Risques actions et suivants :

"Artprice étant considérée, depuis son introduction, comme une valeur très spéculative, par son caractère innovant, et, par ailleurs, liquide, elle est susceptible de variations de cours (intraday) très importantes au sein d'une même journée ou sur des périodes plus longues. Le Trading haute fréquence et/ou Trading algorithmiques, qui touche(nt) principalement des sociétés à caractère hautement spéculatif avec une forte liquidité (cf article « Les Echos » du 19 avril 2013 « les marchés ont leur destin lié avec le trading haute fréquence »), est susceptible d'amplifier, de manière impressionnante, les variations à la hausse et/ou à la baisse d'Artprice. A ce titre, la société met en garde les investisseurs qui doivent considérer Artprice comme une valeur hautement spéculative et très sensible au Trading haute fréquence et/ou Trading algorithmiques et/ou aux opérateurs recherchant des plus-values sur des délais assez courts dans des volumes importants. Les 13 années de cotation d'Artprice sur le marché réglementé Eurolist by Euronext démontrent qu'Artprice a été, à plusieurs reprises, considérée comme la société ayant eu des performances boursières les plus importantes à la hausse suivies de corrections baissières toutes aussi impressionnantes. Le passage au SRD Long Only à partir du 24 février 2012 ne peut qu'accentuer les risques décrits au présent paragraphe tout comme son intégration au SBF 120 le 21 décembre 2012 après la clôture du Marché et le recours par certains actionnaires d'Artprice au CFD".

De même, Artprice souligne le très grave problème que constitue le principal forum français Boursorama Banque sur Artprice, objet quotidien de fausses informations et de violations répétées du Code Monétaire et Financier qui sont traitées en détail avec les procédures judiciaires en cours en page 64 et suivantes du Rapport financier annuel 2012 publié le 30 avril 2013 en ligne sur le diffuseur homologué par l'AMF, http://www.actusnews.com.

http://www.artprice.com (c)1987-2013 thierry Ehrmann

A propos d'Artprice :

La société Artprice a intégré le SBF 120 à la suite de la révision trimestrielle des indices Euronext Paris. Le Conseil Scientifique des Indices a pris la décision d'admettre Artprice.com dans les échantillons composant les indices CAC Mid 60 et SBF 120. L'indice SBF 120 est composé des 120 premières sociétés françaises cotées en bourse incluant le CAC 40 et les 80 premières valeurs les plus liquides. Pour information, au 1er Janvier 2013, la liquidité de l'action Artprice était de 3,83 millions d'euros par jour sur 440 séances de bourse où il s'était traité 1,688 milliard d'euros.

Artprice, avec plus de 13 ans de communication réglementée à l'Eurolist, se fait un point d'honneur à produire toute l'information nécessaire aux professionnels des Marchés financiers, mais aussi aux néophytes du Marché de l'Art. Toutes les questions des 18 000 actionnaires d'Artprice trouvent systématiquement leurs réponses dans l'information réglementée d'Artprice qu'elle diffuse en ligne sur Internet sur son propre site, http://www.artprice.com, et sur celui de son diffuseur, homologué par l'AMF, ActusNews (http://www.actusnews.com).

Artprice est le leader mondial des banques de données sur la cotation et les indices de l'Art avec plus de 27 millions d'indices et résultats de ventes couvrant plus de 500 000 Artistes. Artprice Images(R) permet un accès illimité au plus grand fonds du Marché de l'Art au monde, bibliothèque constituée de 108 millions d'images ou gravures d'oeuvres d'Art de 1700 à nos jours commentées par ses historiens. Artprice enrichit en permanence ses banques de données en provenance de 4 500 Maisons de ventes et publie en continu les tendances du Marché de l'Art pour les principales agences et 6 300 titres de presse dans le monde. Artprice met à la disposition de ses 2 072 000 membres (members log in), les annonces déposées par ses membres, qui constituent, désormais, la première Place de Marche Normalisée® mondiale pour acheter et vendre des œuvres d'Art à prix fixe ou aux enchères (enchères réglementées par les alinéas 2 et 3 de l'article L 321.3 du code du commerce).

Artprice est cotée sur le SBF 120 et Eurolist by Euronext Paris au compartiment B, SRD long only et: Euroclear : 7478 - Bloomberg : PRC - Reuters : ARTF

Sommaire des communiqués d'Artprice : http://serveur.serveur.com/press_release/pressreleasefr.htm

Découvrir l'alchimie et l'univers d'Artprice http://web.artprice.com/video dont le siège social est le célèbre Musée d'art contemporain Abode of Chaos / Demeure du Chaos. http://goo.gl/zJssd 

Suivre en temps réel toute l'actualité du Marche de l'art avec Artprice sur Twitter: http://twitter.com/artpricedotcom

Contact : Josette Mey : e-mail : ir@artprice.com

SOURCE Artprice.com




Custom Packages

Browse our custom packages or build your own to meet your unique communications needs.

Start today.

 

PR Newswire Membership

Fill out a PR Newswire membership form or contact us at (888) 776-0942.

Learn about PR Newswire services

Request more information about PR Newswire products and services or call us at (888) 776-0942.