Imerys accroît son résultat courant net et renforce sa structure financière en 2012

PARIS, February 14, 2013 /PRNewswire/ --

  • Croissance de + 6 % du chiffre d'affaires courant (- 2 % à PCC[1])
  • Tenue de la marge opérationnelle à 12,6 %
  • Progression de + 2,3 % du résultat courant net à 310 M€
  • Réduction de 156 M€ de la dette financière nette après investissements en hausse de 13 %
  • Proposition d'un dividende de 1,55 € (+ 3,3 %) à l'Assemblée Générale des Actionnaires

Le Conseil d'Administration d'Imerys, réuni le 13 février 2013 sous la présidence de Gilles Michel, a examiné les comptes définitifs de l'exercice 2012. Ils seront soumis à l'approbation de l'Assemblée Générale le 25 avril 2013.

    Résultats consolidés
                                                           % variation
    (en millions d'euros)            2012       2011        courante
    Chiffre d'affaires                  3 884,8    3 674,8     + 5,7 %
    Résultat opérationnel courant
    [2]                                   490,1      487,0     + 0,6 %
                Marge opérationnelle     12,6 %     13,3 % - 0,7 point
    Résultat courant net, part du
    Groupe [3]                            310,2      303,1     + 2,3 %
    Résultat net, part du Groupe          300,8      282,0        n.a.

    Financement

    Investissements payés                 257,1      227,4    + 13,1 %
    Cash flow libre opérationnel
    courant [4]                           286,7      264,9     + 8,2 %

    Capitaux propres                    2 274,5    2 210,9     + 2,9 %

    Dette financière nette                874,8    1 031,1    - 15,2 %
    Données par action (en euro)

    Résultat courant net, part du
    Groupe [3] [5]                     4,13 EUR   4,03 EUR     + 2,5 %

    Dividende proposé                  1,55 EUR   1,50 EUR     + 3,3 %
    Effectif au 31 décembre              16 026     16 187


--------------------------------------------------

1. Dans l'ensemble du présent communiqué de presse, la mention " à PCC " signifie : à périmètre et changes comparables.

2. Dans l'ensemble du présent communiqué de presse, la mention « Résultat opérationnel courant », signifie résultat opérationnel avant autres produits et charges opérationnels.

3. Résultat net part du Groupe, avant autres produits et charges opérationnels nets.

4. Cash flow libre opérationnel courant : EBITDA sous déduction de l'impôt notionnel, de la variation de BFR et des investissements payés.

5. Les nombres moyens pondérés d'actions en circulation étant de 75 165 743 en 2012 contre 75 272 854 en 2011.

Pour Gilles Michel

 «En 2012, Imerys a atteint son objectif de croissance du résultat courant net et a renforcé sa structure financière. Le Groupe s'est adapté avec réactivité aux conditions de marché et a intégré le Groupe Luzenac avec un an d'avance sur le plan initial. En parallèle, les premières étapes du plan 2012-2016 ont été lancées : accélération des programmes de Recherche & Développement, augmentation des investissements de croissance, diversification géographique et sectorielle accrue. Imerys aborde ainsi 2013 doté d'une capacité de résistance aux aléas conjoncturels renforcée et d'un bilan solide. C'est avec la prudence et la sélectivité qu'impose un environnement économique toujours plus incertain que le Groupe poursuivra sa stratégie de développement, d'innovation et d'acquisitions créatrices de valeur à long terme.»

ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE

L'environnement économique a été marqué par une forte accentuation des contrastes géographiques apparus depuis le milieu de l'année 2011. Si les Etats-Unis ont retrouvé un certain dynamisme, qui s'est confirmé au second semestre 2012, plusieurs pays européens ont nettement ralenti. Les zones émergentes ont, quant à elles, poursuivi leur progression, à un rythme toutefois plus modéré.

Ainsi, les tendances sur les différents marchés du Groupe ont-elles été nettement différenciées selon les secteurs et les régions. La demande en investissements industriels (machine-outil, …), en biens de consommation durables (automobile, …) et en logements a marqué le pas ou même décliné en Europe, comme l'illustrent le recul de la production d'acier ou des mises en chantier de logements ; la demande issue de ces secteurs est en revanche restée dynamique en Amérique du Nord. La consommation courante a, une fois encore, fait preuve de résistance, y compris en Europe. Enfin, l'activité est restée soutenue pour certaines applications de spécialités du Groupe (énergie mobile, céramiques techniques,….).

Après plusieurs trimestres d'affaiblissement par rapport au dollar, l'euro s'est raffermi en fin d'année 2012. L'évolution du coût des facteurs (hausse du prix des matières premières, de certaines énergies, …) n'a globalement pas montré d'inflexion de tendance par rapport à 2011.

EVENEMENTS RECENTS

En 2012, Imerys a poursuivi l'évolution de son portefeuille d'activités au travers des opérations suivantes :

  • Croissance externe :

    - En mai 2012, le Groupe a acquis la société brésilienne Itatex, pour accroître son offre de produits destinés aux marchés des peintures, polymères et caoutchoucs (Minéraux de Performance).

    - Imerys a diversifié sa gamme de minéraux en achetant, début novembre auprès du Groupe Vale, un gisement de bauxite réfractaire, minéral essentiel à certaines applications réfractaires et abrasives.

    - En Grande-Bretagne, l'intégration des activités de kaolin de la société Goonvean permettra de renforcer les réserves de haute pureté du Groupe pour applications de performances et céramiques.

  • Investissements de développement :

    - Au Moyen-Orient, le Groupe a lancé la construction d'une usine de production d'alumine fondue (Abrasifs) à Bahreïn.

    - Les investissements engagés en Belgique (Graphite & Carbone) et au Brésil (Chaux) se sont par ailleurs poursuivis.

  • Cessions d'actifs : le 14 décembre, le Groupe a cédé l'un de ses deux terminaux portuaires brésiliens (Barcarena, Etat de Pará) et certains actifs fonciers limitrophes à la société américaine Archers Daniels Midlands, Inc pour un montant total d'environ 67 millions d'euros. La restructuration des outils industriels et logistiques menée en 2011 a en effet permis à Imerys de concentrer ses expéditions de kaolins brésiliens sur le seul port historique.

Le Groupe a par ailleurs reçu, le 12 décembre 2012, une offre ferme d'acquisition de la part du groupe Bouyer Leroux pour son activité Imerys Structure.


EVENEMENTS POSTERIEURS A LA DATE DE CLOTURE

Les états financiers consolidés annuels au 31 décembre 2012 ont été arrêtés par le Conseil d'Administration lors de sa réunion du 13 février 2013. Aucun événement significatif n'est à reporter entre la date de clôture et celle du Conseil d'Administration.

PERSPECTIVES

Les résultats de l'année 2012 ont illustré la capacité du Groupe à s'adapter aux aléas conjoncturels et les incertitudes des derniers mois persistent en ce début d'année 2013. En conséquence, Imerys continuera de mettre en œuvre les mesures ciblées d'adaptation aux conditions de marché. Grâce à la solidité de ses fondamentaux et de sa structure financière, le Groupe poursuivra cependant, avec prudence et sélectivité, la mise en œuvre de sa stratégie de développement fondée sur l'innovation, l'expansion géographique et la réalisation d'acquisitions créatrices de valeur à long terme.

GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE

Lors de sa réunion du 13 février 2013, le Conseil d'Administration d'Imerys a approuvé les projets de résolutions qui seront soumis à l'Assemblée Générale du 25 avril prochain. Ils prévoient notamment : le renouvellement des mandats d'administrateur de Madame Fatine Layt ainsi que de Messieurs Ian Gallienne, Robert Peugeot, Olivier Pirotte et Amaury de Seze ; la ratification de la cooptation de Marion Guillou ; la nomination comme nouvel administrateur de Madame Marie-Françoise Walbaum. A cette occasion, le Conseil a vivement remercié Messieurs Jacques Drijard, dont le mandat arrivera à expiration pour des raisons statutaires, Jean Monville et Pierre-Jean Sivignon, qui n'ont pas sollicité le renouvellement de leur mandat, pour leur contribution précieuse aux travaux du Conseil et de ses Comités.

DIVIDENDE

Le Conseil d'Administration proposera à l'Assemblée Générale du 25 avril 2013 un dividende porté à 1,55 euro par action, soit un montant total de 116,8 millions d'euros représentant 37,6 % du résultat courant net, part du groupe. Cette proposition est en ligne avec le taux de distribution historique pratiqué par Imerys. La mise en paiement interviendrait à compter du 13 mai 2013.

COMMENTAIRE DETAILLE DES RESULTATS DU GROUPE

CHIFFRE D'AFFAIRES

                                            Variation
                           Variation        chiffre
          Chiffre          chiffre          d'affaires à
          d'affaires       d'affaires       PCC
                                                         dont    dont
          (en millions     (% exercice      (% exercice  effet   effet
          d'euros)         précédent)       précédent)   Volumes Prix/Mix

    2010           3 346,7         + 20,7 %     + 15,0 % +13,1 %  + 1,9 %
    2011           3 674,8          + 9,8 %      + 8,1 % + 3,7 %  + 4,4 %
    2012           3 884,8          + 5,7 %      - 2,1 % - 5,4 %  + 3,3 %


                    Chiffre    Chiffre   Variation
                   d'affaires d'affaires  chiffre   Variation
                      2012       2011    d'affaires   à PCC

    Données           (en        (en         (%         (%     dont   dont
    trimestrielles  millions   millions   exercice   exercice  effet  effet
    non auditées.   d'euros)   d'euros)  précédent) précédent) Volume Prix/Mix

    1er trimestre       974,4      882,7   + 10,4 %    + 0,2 % - 4,0%  + 4,2 %
    2ème trimestre    1 011,8      924,7    + 9,4 %    - 3,1 % - 6,3%  + 3,2 %
    1er semestre      1 986,2    1 807,3    + 9,9 %    - 1,5 % - 5,2%  + 3,7 %
    3ème trimestre      984,0      942,9    + 4,4 %    - 2,8 % - 6,1%  + 3,3 %
    4ème trimestre      914,6      924,6    - 1,1 %    - 2,7 % - 5,0%  + 2,3 %
    2nd semestre      1 898,6    1 867,5    + 1,7 %    - 2,8 % - 5,6%  + 2,8 %


  • Hausse de + 6 % du chiffre d'affaires courant soutenue par les effets de périmètre et de change
  • Recul des volumes de - 5 %
  • Prix / mix de produits toujours positif

A 3 884,8 millions d'euros, le chiffre d'affaires de l'exercice 2012 progresse de + 5,7 % par rapport à l'exercice 2011 et prend en compte :

  • un effet positif de périmètre de + 191,9 millions d'euros (+ 156,8 millions d'euros au 1er semestre et + 35,1 millions d'euros au second), traduisant principalement :

    - l'intégration du Groupe Luzenac représentant, pour la période allant du 1er janvier 2012 au 31 juillet 2012, un effet périmètre de 185,6 millions d'euros. En 2012, les ventes ont été allouées aux activités Minéraux pour Céramiques, Minéraux de Performance et Pigments pour Papier ;

    - l'acquisition d'Itatex (1er mai 2012).

  • un effet de change favorable de + 96,3 millions d'euros (+ 48,6 millions d'euros au premier semestre et + 47,7 millions d'euros au second).

A périmètre et changes comparables, le chiffre d'affaires est en retrait de - 2,1 % par rapport à l'année 2011.

Le prix/mix de produits, positif dans chacune des branches d'activité, progresse cette année encore (+ 119,6 millions d'euros). Les ventes de nouveaux produits contribuent à cette évolution : plus de 250 millions d'euros de chiffre d'affaires ont en effet été réalisés à partir de produits créés au cours des 5 dernières années (+ 25 % par rapport à 2011).

Depuis le deuxième trimestre 2012, les activités européennes du Groupe liées au secteur de la construction et à l'équipement industriel ont été touchées par la récession dans cette zone. Certaines activités, comme les Réfractaires Monolithiques n'ont été affectées qu'en milieu de troisième trimestre. Les divisions exposées à la construction américaine ont, en revanche, enregistré les meilleures performances. Sur l'année, le recul des volumes de ventes représente une perte de chiffre d'affaires de - 197,8 millions d'euros.

Au 4ème trimestre 2012, la variation des volumes pour l'ensemble du Groupe (- 5,0 % par rapport au 4ème trimestre 2011) a été comparable à celle observée sur les trimestres précédents. Cette évolution tient compte des arrêts de production de fin d'année traditionnellement observés dans les industries aval. Ces arrêts se sont parfois prolongés en janvier.

Chiffre d'affaires par destination géographique (variation courante)

                                                               % du
                                                               chiffre
                       Chiffre        Chiffre                  d'affaires
    (en millions       d'affaires     d'affaires Variation %   consolidé
    d'euros)           2012           2011       2012 vs. 2011 2012
    Europe de l'Ouest         1 805,2    1 754,3       + 2,9 %       46 %

    dont France                 614,5      624,3       - 1,6 %       16 %
    Etats-Unis /
    Canada                      836,6      724,1      + 15,5 %       22 %
    Pays émergents            1 034,3      998,3       + 3,6 %       27 %
    Autres (Japon/
    Australie)                  208,7      198,1       + 5,4 %        5 %
    Total                     3 884,8    3 674,8       + 5,7 %      100 %


Imerys réalise désormais 54 % de son chiffre d'affaires consolidé en dehors de l'Europe de l'Ouest contre 47 % en 2008. Dans la zone européenne, l'Europe du Nord constitue la principale destination des ventes ; l'exposition aux pays d'Europe du Sud (Portugal, Italie, Grèce, Espagne) reste inférieure à 7 %.

La variation des ventes par destination géographique tient compte de deux événements importants :

  • un effet de périmètre significatif lié à l'acquisition du Groupe Luzenac (essentiellement présent en Europe et en Amérique du Nord),
  • la dépréciation de l'euro qui s'est toutefois atténuée en fin d'année.

Hors effets de périmètre et de changes, l'évolution géographique illustre le contraste marqué entre l'entrée de l'Europe en cycle récessif et le dynamisme des ventes en Amérique du Nord et dans les régions émergentes, avec toutefois une moindre progression du Brésil, de l'Inde et de la Chine, principaux pays où le Groupe est présent.

RESULTAT OPERATIONNEL COURANT[6][7]

    Données trimestrielles
    non auditées                                            % Variation
    (en millions d'euros)   2012      2011      % Variation à PCC
    1er trimestre               126,8     116,4     + 8,9 %     - 0,7 %
    Marge opérationnelle       13,0 %    13,2 %
    2ème trimestre              139,5     136,4     + 2,2 %    - 11,2 %
    Marge opérationnelle       13,8 %    14,8 %
    1er semestre                266,2     252,9     + 5,3 %     - 6,4 %
    Marge opérationnelle       13,4 %    14,0 %
    3ème trimestre              122,6     129,0     - 5,1 %    - 14,9 %
    Marge opérationnelle       12,5 %    13,7 %
    4ème trimestre              101,3     105,2     - 3,6 %     - 0,7 %
    Marge opérationnelle       11,1 %    11,4 %
    2ème semestre               223,9     234,1     - 4,4 %     - 8,5 %
    Marge opérationnelle       11,8 %    12,5 %
    Année                       490,1     487,0     + 0,6 %     - 7,4 %
    Marge opérationnelle       12,6 %    13,3 %


  • Compensation de la hausse des coûts variables par la contribution positive
    du prix/mix de produits
  • Nouvelles économies de coûts fixes de production et frais généraux

Le résultat opérationnel courant s'établit à 490,1 millions d'euros pour l'année 2012, soit une hausse de + 0,6 % qui intègre les éléments suivants :

  • un effet de périmètre de + 26,8 millions d'euros[8] (+ 21,0 millions d'euros au 1er semestre et + 5,8 millions d'euros au second) ;
  • un effet de change de + 12,1 millions d'euros (+ 8,4 millions d'euros au premier semestre, + 3,7 millions d'euros au second) lié notamment à l'affaiblissement de l'euro par rapport à certaines devises comme le dollar américain.

A périmètre et changes comparables, le recul du résultat opérationnel courant est imputable à la baisse des volumes de ventes (- 102,5 millions d'euros). Les mesures mises en œuvre pour adapter les niveaux d'activité à une demande plus faible ont permis de diminuer les coûts fixes de production et frais généraux, sans remettre en cause les programmes de Recherche & Développement ni le lancement de nouveaux projets (proppants pour l'industrie pétrolière). Au total, les coûts fixes et frais généraux ont diminué de - 11,3 millions d'euros sur l'ensemble de l'année 2012.

L'augmentation des coûts variables (- 71,3 millions d'euros), traduisant l'inflation de certaines matières premières, des coûts énergétiques et du fret, a été plus que compensée par une amélioration du prix et du mix de produits à hauteur de + 108,5 millions d'euros.

 

Le Groupe est parvenu à maintenir sa marge opérationnelle à 12,6 %, alors que les baisses de volumes les plus significatives ont affecté les divisions les plus contributrices comme les Matériaux de Construction, les Minéraux pour Réfractaires, les Minéraux Fondus ou les Réfractaires Monolithiques.

Au 4ème trimestre, la marge opérationnelle s'élevait à 11,1 % (11,4 % en 2011), sous l'effet de saisonnalité lié aux fermetures traditionnelles de capacités en fin d'année dans l'ensemble des chaînes industrielles occidentales.

--------------------------------------------------

6. Résultat opérationnel, avant autres produits et charges opérationnels.

7. Données trimestrielles non auditées.

8. Activité Talc, essentiellement.

RESULTAT COURANT NET[9]

En croissance de + 2,3 % par rapport à l'exercice 2011, le résultat courant net, à 310,2 millions d'euros, intègre :

  • la légère hausse du résultat opérationnel courant,
  • une variation limitée du résultat financier courant qui s'élève à - 58,7 millions d'euros (contre - 57,2 millions d'euros sur la même période de l'année précédente) et dont l'évolution comprend les éléments ci-dessous :

    - la charge d'intérêt de - 57,2 millions d'euros en 2012 (- 56,1 millions d'euros en 2011) ;

    - les mouvements sur provisions et pensions (- 2,7 millions d'euros en 2012 et - 3,5 millions d'euros en 2011) ;

    - l'impact global du change, des autres produits et charges financiers et des instruments financiers, qui constituent un produit net de + 1,2 million d'euros (contre un produit de + 2,4 millions d'euros en 2011).

  • une charge d'impôts de - 119,5 millions d'euros (- 123,3 millions d'euros en 2011), soit un taux effectif d'imposition de 27,7 % (28,7 % en 2011), dont la variation est notamment liée à l'origine géographique des résultats.

La progression du résultat courant net est donc conforme à l'objectif annoncé par le Groupe, le 27 juillet dernier, et qui ciblait, pour 2012, le maintien d'un niveau de résultat courant net au minimum comparable à celui de l'exercice précédent.

--------------------------------------------------

9. Résultat net part du Groupe, avant autres produits et charges opérationnels nets.

RESULTAT NET

Le résultat net, part du Groupe, à 300,8 millions d'euros, tient compte des autres produits et charges pour un montant net d'impôts de - 9,4 millions d'euros correspondant, pour l'essentiel :

  • au produit de cession d'actifs logistiques et portuaires à Barcarena (Brésil) : dans le cadre de la réorganisation de la production de kaolin au Brésil, mise en œuvre en 2011 consécutivement à l'acquisition de PPSA, le Groupe a regroupé ses expéditions maritimes sur le terminal portuaire historique d'Imerys Rio Capim Caulim (Imerys RCC). La branche Pigments pour Papier & Emballage a donc cessé d'utiliser le port de PPSA et accepté l'offre d'achat remise par la société Archers Daniels Midlands, Inc. portant sur ce terminal portuaire et sur des actifs fonciers voisins. L'opération a été conclue le 14 décembre 2012 pour un montant net de frais de cession de 67 millions d'euros. La plus-value de cession du port (49,4 millions d'euros après impôt) a été enregistrée en autres produits et charges (le produit de cession des actifs fonciers figure en résultat courant net pour 3,4 millions d'euros après impôt).
  • la dépréciation partielle de la survaleur de l'activité zircon fondu, à hauteur de - 29,5 millions d'euros, net d'impôts tenant compte de l'évolution de cette activité en Chine ;
  • de mouvements de provisions et des charges de restructurations d'un montant total de - 29,2 millions d'euros principalement en Europe, dans les activités Minéraux pour Céramiques, Réfractaires Monolithiques et Matériaux de Construction, en Afrique du Sud (Minéraux pour Réfractaires) ainsi que dans l'activité Talc.

CASH FLOW

    (en millions d'euros)                              2012          2011
    EBITDA                                            659,8         686,0
    Variation du BFR opérationnel                      15,3        (59,4)
    Investissements payés                           (257,1)       (227,4)
    Cash flow libre opérationnel courant*             286,7         264,9
    Résultat financier décaissé (net d'impôt)        (42,4)        (37,3)
    Autres éléments de BFR                             58,1         (1,0)
    Cash flow libre courant                           302,3         226,6
    * y compris subventions, valeurs des
    actifs cédés et divers                              4,4           5,3


  • Génération élevée de trésorerie et amélioration du BFR
  • Poursuite des investissements de développement

Au 31 décembre 2012, le besoin en fonds de roulement opérationnel représente 22,8 % des ventes annualisées du dernier trimestre (contre 23,7 % au 31 décembre 2011). Ce ratio bénéficie de la mise en œuvre de mesures ciblées de réductions de stocks ainsi que de l'amélioration nette du besoin en fonds de roulement de l'activité Talc. Il tient compte du programme d'affacturage[10] conclu en 2009 qui représentait 62 millions d'euros au 31 décembre 2012.

En 2012, le Groupe a, comme annoncé, poursuivi son programme de développement reflété dans la hausse des investissements industriels comptabilisés (266,6 millions d'euros contre 229,2 millions d'euros en 2011, déjà en hausse de + 35 % par rapport à 2010). Ils représentent 124 % des amortissements (contre 109 % en 2011). Les investissements de développement s'élèvent à 115,6 millions d'euros (+ 20 millions d'euros par rapport à l'exercice précédent) et ont été sélectionnés pour accompagner la hausse de la demande dans des secteurs et zones géographiques en croissance. Ces nouvelles lignes de production devraient, pour la majorité d'entre elles, entrer en service en fin d'année 2013 et contribuer aux performances du Groupe dès 2014.

Il est rappelé que les autres éléments de besoin en fonds de roulement concernent principalement des éléments de dettes fiscales et sociales dont les décaissements sont décalés par rapport à l'exercice comptable. Après prise en compte du résultat financier décaissé et de ces autres éléments de BFR, le cash flow libre courant s'élève à 302,3 millions d'euros, en hausse de + 33 %.

--------------------------------------------------

10. Contrat d'affacturage signé le 23 juillet 2009, par lequel les créances cédées sont déconsolidées, les risques et avantages associés aux créances ayant été transférés à la banque "factor". 74 millions d'euros de créances étaient factorisés le 31 décembre 2011.

STRUCTURE FINANCIERE

                                    31 décembre                  31 décembre
    (en millions d'euros)                  2012            30 juin 2012 2011
    Dividendes payés                    (114,1)      (113,3)          (91,4)
    Dette nette de fin de
    période                               874,8      1 039,8         1 031,1
    Dette nette moyenne de
    l'exercice                          1 009,0         n.a.           966,0
    Capitaux propres                    2 274,5      2 236,5         2 210,9
    EBITDA                                659,8        353,2           686,0
    Dette nette/ capitaux
    propres                              38,5 %       46,5 %          46,6 %
    Dette nette/ EBITDA                    1,3x         1,5x            1,5x


  • Réduction significative de la dette financière nette à 875 M€
  • Augmentation des ressources financières

La forte génération de cash flow libre courant et le produit de cession d'actifs logistiques et fonciers ont permis au Groupe de se désendetter de plus de 156 millions d'euros, après versement d'un dividende de 112,8 millions d'euros à ses actionnaires le 9 mai 2012 (auquel se sont ajoutés 1,3 million d'euros de dividendes versés aux actionnaires minoritaires des filiales du Groupe). Au 31 décembre 2012, la dette financière nette consolidée et les ratios d'endettement d'Imerys affichent une baisse significative : à 874,8 millions d'euros, la dette financière nette retrouve son niveau de fin 2010, moins de deux ans après avoir acquis le Groupe Luzenac.

En matière de financement, le Groupe a sécurisé, au cours des 18 derniers mois, près de 600 millions d'euros de lignes bancaires bilatérales additionnelles à l'horizon 2015-2016. Les ressources financières totales ont ainsi été augmentées et diversifiées et leur maturité moyenne allongées. Au 31 décembre 2012, les ressources financières totales d'Imerys s'élèvent donc à 2,8 milliards d'euros (dont 1,6 milliard d'euros de ressources financières disponibles hors trésorerie), avec une maturité moyenne de 2,9 ans. Ces ressources financières permettent de couvrir les échéances 2013 (remboursement de l'emprunt obligataire de 140 millions de dollars américains) et l'arrivée à son terme du crédit syndiqué de 750 millions d'euros. Hors échéances 2013, les ressources financières disponibles s'élèvent à 0,8 milliard d'euros avec une maturité moyenne de 4 ans.

Par ailleurs, au cours du premier semestre 2012, l'agence de notation Moody's a confirmé la note de crédit long terme[11] attribuée à Imerys un an plus tôt à « Baa2 » avec une perspective stable. La note court terme est
« P-2 », avec une perspective stable également.

--------------------------------------------------

11. "Dette senior non sécurisée".

Imerys dispose donc d'une situation financière très solide et de toute la flexibilité pour mener son plan de développement.

COMMENTAIRE PAR BRANCHE D'ACTIVITE

Minéraux pour Céramiques, Réfractaires, Abrasifs & Fonderie

(30 % du chiffre d'affaires consolidé)

                                                    Variation   Variation
    (en millions d'euros)              2012    2011    courante    à PCC
    Chiffre d'affaires              1 206,4 1 186,1     + 1,7 %   - 3,7 %
    Résultat opérationnel courant     150,4   156,8     - 4,1 %   - 9,0 %
    Marge opérationnelle             12,5 %  13,2 %
    Investissements industriels
    comptabilisés                     105,3    95,0    + 10,8 %
    en % des amortissements           184 %   152 %


  • Recul de la demande européenne sur les principaux marchés de la branche
  • Accélération des projets dans les segments et zones de croissance

Les marchés des Minéraux pour Réfractaires et des Minéraux Fondus (sidérurgie[12], fonderie, aluminium, ciment, verre, etc…) ont connu des évolutions très contrastées. Entraînée par le dynamisme des grands équipements et de certains biens de consommation durable (machines-outils, aéronautique, automobile, électronique, etc…) aux Etats-Unis, l'activité a au contraire été affectée par le ralentissement continu de l'économie européenne ; en Asie, la croissance s'est poursuive à un rythme faible. Enfin, après une très forte inflation enregistrée en 2010 et 2011, le prix du zircon s'est retourné mi-2012.

Les métiers du Graphite & Carbone ont bénéficié de l'essor rapide des équipements électroniques mobiles.

L'activité des Minéraux pour Céramiques (sanitaire, carrelage, vaisselle) a fait preuve de résistance, notamment grâce à son déploiement géographique progressif vers l'Asie, le Moyen-Orient, l'Amérique du Sud.

La nouvelle usine de proppants pour gaz et pétrole de schiste construite à Andersonville (Géorgie, Etats-Unis) a démarré, en 2012, dans un contexte de marché moins favorable, marqué par une baisse du nombre total de puits exploités après plusieurs années de hausse.

Après une année 2011 marquée par la reprise des investissements de développement (avec, en particulier, l'usine de proppants d'Andersonville), de nouveaux projets ont été engagés en 2012 :

  • doublement de la capacité de l'usine belge de noir de carbone de Willebroek, pour répondre à la forte augmentation des besoins dans les segments de l'énergie mobile ; le montant total de l'investissement est d'environ 20 millions d'euros, réparti sur 2012 et 2013.
  • au Moyen-Orient, Imerys a, comme annoncé, lancé la construction d'une usine d'alumine fondue, une spécialité destinée aux industries abrasives et réfractaires dont la valeur ajoutée est fondée sur les propriétés de dureté, résistance mécanique et stabilité thermique. L'investissement industriel, au travers d'une joint-venture avec le groupe Al Zayani Investments, dans laquelle Imerys est majoritaire, porte sur un montant total proche de 30 millions de dollars américains ; la mise en service devrait avoir lieu en fin d'année 2013 ;
  • accroissement de la capacité de production de l'activité Céramiques en Thaïlande.

L'analyse de la hausse de + 1,7 % du chiffre d'affaires, à 1 206,4 millions d'euros, met en évidence :

  • un effet positif de change de + 50,2 millions d'euros ;
  • un impact de périmètre de + 13,7 millions d'euros. Il se rapporte principalement aux ventes du Groupe Luzenac dans les marchés céramiques, sur l'ensemble de l'année 2012 (en 2011, le chiffre d'affaires du Groupe Luzenac avait été intégralement consolidé dans la branche Minéraux de Performance & Filtration).

A périmètre et changes comparables, le chiffre d'affaires a baissé de - 3,7 % par rapport à 2011, année marquée par une forte reprise de la demande (croissance de + 12,2 % du chiffre d'affaires à périmètre et changes comparables). La contribution des proppants s'est accrue tout au long de l'année et a atténué l'érosion sensible des volumes alors que le prix/mix de produits est resté positif.

Le résultat opérationnel courant, à 150,4 millions d'euros, intègre les effets favorables de change (+ 7,0 millions d'euros) et de périmètre (+ 1,5 million d'euros), comprenant le profit dégagé par les activités Talc.

A périmètre et changes comparables, la baisse du résultat liée à la perte de volumes contributifs a pu être atténuée par des plans d'économies menés dans chacune des activités concernées. L'unité de production américaine de magnésie fondue a été fermée en fin d'année et la production répartie dans d'autres sites de la branche dans ce pays. Dans le même temps, la branche a poursuivi son plan de développement et financé le lancement de sa nouvelle activité dédiée aux proppants. L'augmentation du prix et du mix de produits compense l'augmentation des coûts variables (inflation du zircon qui s'est poursuive au 1er semestre).

Enfin, la joint-venture "The Quartz Corp SAS", consolidée par mise en équivalence depuis 2011, n'a pas dégagé de résultat en 2012 (la quote-part de résultat revenant à Imerys était de 4,3 millions d'euros en 2011). En raison d'excédents de stocks dans l'ensemble de l'industrie photovoltaïque, la demande a été très faible en 2012 et les capacités de production temporairement restructurées.

Compte tenu de ces éléments, la marge opérationnelle de la branche fait preuve d'une bonne résistance, à 12,5 %.

--------------------------------------------------

12. Production mondiale d'acier en 2012 en hausse de + 1,2 % par rapport à  2011
(Europe des 27 : - 4,7 % -  Amérique du Nord : + 2,5 % - source World Steel Association).

Minéraux de Performance & Filtration

(23 % du chiffre d'affaires consolidé)

                                                    Variation   Variation
    (en millions d'euros)              2012    2011    courante    à PCC
    Chiffre d'affaires                900,3   719,7    + 25,1 %   + 3,9 %
    Résultat opérationnel courant     112,5    83,4    + 34,8 %   + 0,4 %
    Marge opérationnelle               12,5 %  11,6 %
    Investissements industriels
    comptabilisés                      50,4    36,7    + 37,2 %
    en % des amortissements            89 %    77 %


  • Branche en croissance, grâce notamment au dynamisme des Etats-Unis
  • Intégration du Groupe Luzenac avec un an d'avance sur le plan de marche

Les marchés finaux de la branche, en particulier les biens de consommation courante (agro-alimentaire, santé, etc…) et les industries intermédiaires (plastiques, caoutchouc, filtration, catalyse, etc…) ont été entrainés par la reprise qui s'est progressivement confirmée aux Etats-Unis ainsi que par le dynamisme des pays émergents. En Europe, l'exposition de la branche aux produits de consommation courante, accrue depuis l'intégration du Talc, a permis de contenir l'impact de la baisse dans l'équipement industriel et la construction. L'utilisation croissante de pièces plastiques légères et résistantes aux chocs, contribuant à l'allègement nécessaire des véhicules dans les zones matures, a par ailleurs soutenu la demande en Minéraux de Performance (talc, mica, …).

En 2012, les investissements de développement lancés en 2011 ont été finalisés et deux nouvelles usines ont été mises en service : d'une part, la ligne américaine de production de Celite Cynergy™, un agent de filtration et de stabilisation breveté pour liquides alimentaires (Lompoc, Californie), et, d'autre part, l'unité de production de Filmlink™ sur le site d'Ipoh (Malaisie). Cette dernière servira la croissance rapide du marché asiatique en produits d'hygiène.

En Grande-Bretagne, l'intégration des activités de kaolin de la société Goonvean, qui reste soumise à l'autorisation des autorités règlementaires compétentes en Angleterre, permettra de renforcer les réserves de haute pureté du Groupe pour application de performances et céramiques.

Le chiffre d'affaires de la branche s'élève à 900,3 millions d'euros en 2012. Cette hausse de + 25,1 % intègre :

  • un effet de périmètre + 113,0 millions d'euros. Il est constitué de :

    - l'intégration du Groupe Luzenac depuis le 1er août 2011 (+ 107,9 millions d'euros) ;

    - l'acquisition d'Itatex, société brésilienne spécialisée dans le kaolin destiné aux marchés des peintures, polymères et caoutchoucs, consolidée depuis le 1er mai 2012 (+ 5,1 millions d'euros) ;

  • un effet de change de + 39,4 millions d'euros.

A périmètre et changes comparables, la progression des ventes (+ 3,9 %) inclut une évolution positive du prix/mix de produits et une bonne résistance des volumes. Le potentiel de croissance et d'innovation de l'activité Talc dans des marchés diversifiés (plastiques & polymères, peintures, papier, céramiques techniques, produits de beauté & santé) se confirme depuis son intégration.

Le résultat opérationnel courant, à 112,5 millions d'euros, progresse de + 29,1 millions d'euros, dont + 19,7 millions d'euros d'effet de périmètre et + 5,6 millions d'euros d'effet de change. A périmètre et changes comparables, la hausse est de + 0,4 %. L'activité Talc est contributive, avec un an d'avance sur le plan initial. L'effet prix/mix de produits est solide. Dans ce contexte, la marge opérationnelle progresse de + 0,9 point et s'établit à 12,5 %.

Pigments pour Papier & Emballage

(22 % du chiffre d'affaires consolidé)

                                                    Variation   Variation
    (en millions d'euros)              2012    2011    courante    à PCC
    Chiffre d'affaires                859,4   796,4     + 7,9 %   - 2,0 %
    Résultat opérationnel courant      85,6    83,2     + 2,9 %   - 4,2 %
    Marge opérationnelle             10,0 %  10,4 %
    Investissements industriels
    comptabilisés                      81,6    68,7    + 18,8 %
    en % des amortissements           118 %   102 %


  • Production de papier d'impression et d'écriture stable grâce à la progression dans les pays émergents
  • Poursuite des restructurations des papetiers dans les zones matures

En 2012, le volume de production mondiale de papier d'impression et d'écriture avoisine celui de 2011. Le dynamisme des zones émergentes (+ 4,7 %) compense globalement l'érosion dans les pays matures depuis la fin de l'année 2011 (- 4,5 %). Le segment de l'emballage poursuit sa croissance.

Outre les opérations de découverture et de maintenance, importantes en 2012, les investissements industriels ont notamment porté sur la diversification de la gamme de produits de la branche : la construction d'un site de production de chaux, lancée en 2012, permettra de valoriser certaines réserves de carbonates de calcium du Groupe au Brésil (Doresopolis, Minas Geiras). La chaux est une spécialité minérale utilisée sous différentes formes dans les secteurs de la sidérurgie, du papier, de la chimie, de l'environnement, de l'agriculture et de la construction. En Malaisie, l'extension de l'usine de carbonates de calcium a été lancée (Ipoh) et la capacité de l'usine de Miyagi (Japon), reconstruite après le tsunami, a été augmentée pour répondre à la demande de son principal client.

L'augmentation de + 7,9 % du chiffre d'affaires, à 859,4 millions d'euros sur l'année 2012, prend en compte :

  • un effet de périmètre de + 62,7 millions d'euros lié pour l'essentiel à l'intégration des ventes de Talc aux clients papetiers sur l'ensemble de l'année civile ;
  • un effet de change favorable de + 16,1 millions d'euros attribuable à la dépréciation de l'euro par rapport au dollar américain.

A périmètre et changes comparables, le chiffre d'affaires de l'année 2012 est en léger repli (- 2,0 %) par rapport à l'année précédente. Le prix/mix de produits est positif mais les volumes se contractent en raison de l'exposition aux zones matures affectées par les rationalisations de certains clients nord-américains et européens en 2011 et 2012.

Le résultat opérationnel courant s'élève à 85,6 millions d'euros en 2012 (+ 2,4 millions d'euros) et intègre :

  • un effet de périmètre de + 5,9 millions d'euros ;
  • un effet positif de change de + 2,9 millions d'euros.

 

A périmètre et changes comparables, la baisse du résultat opérationnel courant est imputable au recul des volumes ; des actions de réduction de la production et des frais généraux ont toutefois permis d'en limiter l'impact. Le prix/mix de produits couvre l'évolution des coûts variables (énergie, fret). Le résultat opérationnel courant comprend par ailleurs un produit de cession d'actif foncier au Brésil (4 millions d'euros).

En tenant compte de cet élément, la marge opérationnelle de la branche s'élève à 10 % en 2012.

Matériaux et Monolithiques

(25 % du chiffre d'affaires consolidé)

                                                    Variation   Variation
    (en millions d'euros)              2012    2011    courante    à PCC
    Chiffre d'affaires                969,3 1 025,3     - 5,5 %   - 5,9 %
    Résultat opérationnel courant     192,5   209,5     - 8,1 %   - 6,4 %
    Marge opérationnelle             19,9 %  20,4 %
    Investissements industriels
    comptabilisés                      19,5    24,0    - 18,9 %
    en % des amortissements            67 %    77 %


  • Année difficile pour la construction neuve française et pour la sidérurgie européenne
  • Marge opérationnelle maintenue à 20 % grâce à d'importants efforts d'adaptation

L'activité Solutions Réfractaires (57 % du total des ventes de la branche Matériaux & Monolitiques) a été affectée par la baisse de la production industrielle et d'acier en Europe (- 4,7 % par rapport à 2011, source World Steel Association) qui s'est accompagnée de nouvelles fermetures de hauts-fourneaux. Les autres industries de procédé (fonderie, génération d'énergie,...) ont globalement mieux tenu. La tendance est restée positive sur l'ensemble des segments dans les zones émergentes ; l'activité projets (modernisation d'usines, augmentation de capacités ou construction de nouveaux ensembles) a bien résisté au 1er semestre.

Dans le secteur de la construction en France, la baisse des mises en chantiers de logements individuels neufs (- 17 % en 2012 par rapport à 2011[13]) se poursuit depuis plus d'un an, dans le sillage du recul des ventes de logements. La meilleure résistance de la rénovation de toitures a permis de limiter la baisse des ventes de tuiles en terre cuite (estimée à - 9 % par la Fédération Française des Tuiles et Briques pour l'ensemble de la profession en 2012). Dans les matériaux de structure, les ventes de briques sont en retrait de - 14 % sur cette même période, selon la Fédération.

En 2012, les investissements ont été essentiellement dédiés à la maintenance de l'outil industriel et à la mise en œuvre de projets de réduction de l'empreinte énergétique dans l'activité Matériaux de Construction : adaptation des équipements à l'utilisation de la biomasse, récupération de température, passage au gaz, modernisation des lignes.

Dans ce contexte devenu plus difficile, la baisse du chiffre d'affaires de la branche (969,3 millions d'euros) est contenue à - 5,5 %, incluant un impact positif de change de + 4,8 millions d'euros. A périmètre et changes comparables, le chiffre d'affaires se contracte de - 5,9 %. Le prix/mix de produits demeure positif.

Le résultat opérationnel courant de la branche Matériaux & Monolithiques est de 192,5 millions d'euros (incluant un effet de change de - 3,2 millions d'euros). A périmètre et changes comparables, le résultat opérationnel courant recule de - 6,4 %. L'effet prix/mix de produits couvre l'inflation du prix de certaines matières premières réfractaires, et dans une moindre mesure, de l'énergie. La marge opérationnelle de la branche a été préservée, à 19,9 %, grâce aux efforts engagés dans les deux activités pour adapter les niveaux de production et réduire les coûts fixes et frais généraux. L'usine de Réfractaires Monolithiques située à Köping (Suède) a ainsi été fermée et sa production transférée sur le site de Höganäs.

Le 12 décembre, le Groupe a, par ailleurs, reçu une offre ferme d'acquisition de la part du groupe Bouyer Leroux pour son activité Imerys Structure (briques de murs et de cloisons, conduits de cheminée), portant sur une valeur d'entreprise proche d'un an de chiffre d'affaires. Le projet, qui reste notamment soumis à la consultation des instances représentatives du personnel ainsi qu'à l'obtention des autorisations administratives requises, pourrait aboutir dans le courant du premier semestre de l'année 2013.

--------------------------------------------------

13. Source : Ministère de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie.

Agenda financier 2013

                 Assemblée Générale des Actionnaires - Résultats du 1er
    25 avril     trimestre 2013
    30 juillet   Résultats du 1er semestre 2013
    30 octobre   Résultats du 3ème trimestre 2013


Ces dates sont données à titre d'information et sont susceptibles d'être mises à jour sur le site internet du Groupe à l'adresse http://www.imerys.com, sous la rubrique Investisseurs & Analystes / Agenda financier.

 

Réunion

Le communiqué de presse est disponible sur le site internet du Groupe http://www.imerys.com, et accessible depuis la page d'accueil, dans la rubrique Actualités.

Imerys tient aujourd'hui une réunion de présentation à 10h30 à la Maison des Arts & Métiers (9 bis avenue d'Iéna, 75116 Paris) au cours de laquelle seront commentés les résultats de l'exercice 2012. Cette conférence sera retransmise en direct sur le site internet du Groupe.

 

Leader mondial des spécialités minérales pour l'industrie,  Imerys valorise une gamme unique de minéraux pour apporter des fonctionnalités (résistance thermique et mécanique, conductivité, pouvoir couvrant, effet barrière, etc.), essentielles aux produits et procédés de production de ses clients.

Composants minéraux, additifs fonctionnels, aides aux procédés ou produits finis, les solutions d'Imerys contribuent à la qualité d'un très grand nombre d'applications dans les biens de consommation, l'équipement industriel ou la construction. Conjuguant expertise, créativité et une écoute attentive de leurs clients, les équipes internationales du Groupe identifient en permanence de nouvelles applications et mettent au point des solutions à forte valeur ajoutée dans le respect d'une démarche déterminée de développement responsable. Ces atouts permettent à Imerys de se développer selon un modèle économique solide et profitable.

 

Des informations plus complètes sur Imerys peuvent être obtenues sur son site Internet (http://www.imerys.com), rubrique Information Réglementée, notamment dans son Document de Référence déposé auprès de l'Autorité des marchés financiers le 22 mars 2012 sous le numéro D.12-0193 (également disponible sur le site Internet de l'Autorité des marchés financiers, http://www.amf-france.org). Imerys attire l'attention des investisseurs sur le chapitre 4 "Facteurs de risques" du Document de Référence.

Avertissement sur les prévisions et les informations prospectives :  Les déclarations présentées dans ce document contiennent des prévisions et des informations prospectives. Les investisseurs sont alertés sur le fait que ces prévisions et informations prospectives sont soumises à de nombreux risques et incertitudes (difficilement prévisibles et généralement en dehors du contrôle d'Imerys), qui peuvent impliquer que les résultats et développements effectivement réalisés diffèrent significativement de ceux qui sont exprimés ou induits.

Relations Analystes/Investisseurs  :
Pascale Arnaud - + 33(0)1-49-55-64-01
finance@imerys.com

Contacts Presse  :
Pascale Arnaud - + 33(0)1-49-55-64-01
Raphaël Leclerc - + 33(0)6-73-16-88-06

SOURCE Imerys




Custom Packages

Browse our custom packages or build your own to meet your unique communications needs.

Start today.

 

PR Newswire Membership

Fill out a PR Newswire membership form or contact us at (888) 776-0942.

Learn about PR Newswire services

Request more information about PR Newswire products and services or call us at (888) 776-0942.