KBL Richelieu Gestion: les politiques détiennent la clé

PARIS, June 8, 2012 /PRNewswire/ --

Les nouvelles médiocres se sont accumulées dans le courant du mois de mai, surtout en Europe, mais aussi en Amérique et jusqu'en Chine, et ont entraîné de forts mouvements de baisse pour l'ensemble des places boursières.

En toile de fond, la résurgence de la crise de la zone euro s'est manifestée à travers deux sources d'inquiétudes principales : la Grèce et l'Espagne. En Grèce la situation paraît sans issue avec une détérioration de l'activité et de l'emploi qui empêche tout redressement des comptes publics et laisse peu d'issue autre que la faillite ou un nouveau rééchelonnement. Par ricochet, cette menace pose la question d'une contagion de la crise à l'Espagne dont les taux à 10 ans se sont fortement tendus depuis leur point bas de fin février à 4,90 %, s'affichant le 31 mai à 6,57 %, soit un écart de plus de 5 % avec le taux allemand, qui de son côté touche son plus bas historique à 1,1 %.

Sur le plan de l'activité économique les indicateurs précurseurs ont marqué un fléchissement sensible par rapport au niveau atteint en février 2011. L'indice manufacturier composite pour la zone euro s'inscrit en effet à 45,1 en avril, donc très en dessous du seuil des 50 qui marque la limite entre expansion et contraction.

Par ailleurs, la reprise américaine semble marquer le pas malgré un redressement sensible du secteur immobilier. La Chine elle-même souffre du coup de frein de ses exportations vers l'Europe, ainsi que du contrecoup des excès immobiliers des années précédentes qui affecte l'investissement et la production de matériaux.

Une fronde se dessine toutefois sous la houlette de Mario Monti pour dénoncer les excès du rigorisme allemand et stimuler un retour de la croissance. Le président de la BCE pousse également dans ce sens. Enfin il semble que les Etats-Unis et la Chine fassent eux aussi pression sur l'Allemagne pour qu'elle infléchisse ses vues. Or, faute de munitions budgétaires, nous ne voyons pas d'autres moyens pour relancer l'activité que l'affaiblissement du change - qui est en cours et devrait se poursuivre - et l'évolution du statut de la BCE afin de lui fournir des moyens accrus pour lutter contre la vague déflationniste qui menace.

Si ces conditions devaient être remplies, ou qu'elles soient seulement anticipées, le potentiel de rebond des valeurs, notamment les industrielles exportatrices, pourrait alors se matérialiser avec une volonté affirmée de rattrapage. Nul doute que les valorisations actuelles feraient alors office de puissant vecteur d'attraction pour des investisseurs qui disposent d'importantes liquidités peu ou pas rémunérées.

Roland Fernet, Directeur Général

et Nathalie Martin Pelras, Directeur de la Gestion

Télécharger le Rapport de Gestion KBL Richelieu Gestion en cliquant sur ce lien :

http://www.kblrichelieu.com/iso_album/rdg_2012_05.pdf

Contact Presse :

Jeanine Griladze : +33-(0)1-42-89-79-36

E-mail : jeanine.griladze@kblrichelieu.fr


SOURCE KBL Richelieu Gestion




Custom Packages

Browse our custom packages or build your own to meet your unique communications needs.

Start today.

 

PR Newswire Membership

Fill out a PR Newswire membership form or contact us at (888) 776-0942.

Learn about PR Newswire services

Request more information about PR Newswire products and services or call us at (888) 776-0942.