La plus grande étude sur l'infection à Clostridium difficile tente de révéler la véritable incidence de la maladie

CHERTSEY, Angleterre, December 3, 2012 /PRNewswire/ --

L'infection à Clostridium difficile (ICD), maladie potentiellement mortelle, représente l'une des infections nosocomiales les plus courantes[1]

Aujourd'hui marque le lancement de l'étude EUropéenne multicentrique, prospective et bi-annuelle de prévalence ponctuelle du CLostrIdium difficile chez des patients hospitalisés souffrant de Diarrhée (EUCLID), la plus grande étude de la prévalence de l'ICD qui ait été menée en Europe. Pour la toute première fois, les experts auront une idée claire de la véritable incidence de l'ICD ; une cause significative de morbidité et de mortalité ainsi qu'un trouble considéré comme largement sous-estimé[2],[3].

L'ICD est la principale cause de diarrhée infectieuse dans les pays industrialisés[4] et on estime qu'elle tue un patient affecté sur 50[3]. L'ICD représente un énorme fardeau économique[5], les patients développant une ICD séjournant à l'hôpital 1 à 3 semaines de plus[5],[6],[7] pour un coût additionnel estimé à 7 147 €[5] par rapport aux patients sans ICD. L'incidence et la gravité de l'ICD continuent d'augmenter[3],[8],[9],[10],[11]. La plus récente étude de prévalence à grande échelle a été menée en Espagne en 2008 et étudiait le nombre de cas d'ICD dans l'ensemble de la population à un moment donné. Les résultats ont révélé que deux tiers des cas d'ICD étaient soient non relevés, soit mal diagnostiqués au sein de l'hôpital en raison d'une faible connaissance clinique de l'ICD[2].

L'étude EUCLID, qui implique 20 pays européens et environ 500 hôpitaux, vise à identifier l'incidence sous-jacente de l'ICD chez les patients hospitalisés souffrant de diarrhée et souligne à quel point les tests et les diagnostics manquent dans chaque pays. L'étude a été initiée et parrainée par Astellas Pharma Europe Ltd et appuyée par le groupe d'étude sur le Clostridium difficile de l'European Society of Clinical Microbiology and Infectious Diseases (ESGCD).

« Cette étude représente un grand pas en avant dans la compréhension de la véritable incidence de l'ICD et nous offre des informations tout à fait indispensables sur l'épidémiologie de cette maladie débilitante en Europe », a déclaré le Dr. Ed Kuijper, président du groupe d'étude sur le Clostridium difficile de l'ESCMID.  

L'étude EUCLID sera coordonnée par l'université de Leeds et la Teaching Hospitals NHS Trust, au Royaume-Uni, sous la supervision du Professeur Mark Wilcox, avec le soutien du groupe cadre de l'EUCLID. L'étude est financée par Astellas Pharma Europe Ltd. Dans chacun des 20  pays participants, les hôpitaux soumettront des échantillons de toutes les selles informes reçues un jour spécifique à un laboratoire pilote national, où elles seront testées à l'aide d'un protocole standardisé afin de détecter la présence d'une ICD. L'échantillonnage sera effectué à deux moments dans l'année pour refléter les variations saisonnières de l'ICD, qui atteint son niveau maximal pendant les mois d'hiver[12]. Des données seront aussi recueillies sur tout test diagnostic d'ICD demandé au sein de l'hôpital pour chaque échantillon soumis et, le cas échéant, sur le test utilisé et le résultat. Ces données, associées aux taux d'ICD rapportés de l'année précédente, seront utilisées pour calculer le niveau de sous-reconnaissance et de sous-diagnostic.

Une analyse et un rapport complets des résultats seront publiés à la fin de l'étude EUCLID qui est prévue pour le milieu de l'année 2013.

Notes aux rédacteurs :

À propos de l'infection à  Clostridium Difficile  (ICD)

L'ICD est une grave maladie causée par l'infection de la paroi interne du côlon par la bactérie C. difficile. Cette bactérie produit des toxines qui entraînent une inflammation du côlon, des diarrhées et, dans certains cas, la mort[13]. Les patients développent généralement une ICD après avoir utilisé des antibiotiques à large spectre qui perturbent la flore intestinale normale, et permettent à la bactérie C. difficile de se développer[13],[14]. Les patients âgés sont plus à risque de souffrir de récidive d'ICD, en particulier ceux âgés de 65 ans ou plus[15]. Une récidive de l'ICD se produit chez jusqu'à 25 % des patients dans les 30 jours suivant le traitement initial avec les thérapies actuelles[16],[17],[18]. L'ESCMID a identifié la récidive comme étant le problème le plus important dans le traitement de l'ICD[19]. L'ICD représente un énorme fardeau économique[5], les patients développant une ICD séjournant à l'hôpital 1 à 3 semaines de plus[5],[6],[7] pour un coût additionnel estimé à 7 147 €[5] par rapport aux patients sans ICD.

À propos d'Astellas Pharma Europe Ltd.

Basée au Royaume-Uni, Astellas Pharma Europe Ltd. est le siège européen de la société Astellas Pharma Inc. implantée à Tokyo. Astellas est une compagnie pharmaceutique qui se consacre à l'amélioration de la santé des individus à travers le monde via l'approvisionnement de produits pharmaceutiques innovants et fiables. L'entreprise cherche à se positionner en tant qu'entreprise d'envergure internationale grâce à une combinaison de capacités de R&D et marketing exceptionnelles et continue de croître sur le marché pharmaceutique mondial. Astellas Pharma Europe Ltd. est responsable de 21 bureaux répartis à travers l'Europe, le Moyen-Orient et l'Afrique, d'un site de R&D et de trois usines de fabrication. La société emploie environ 4 300 personnes dans l'ensemble de ces régions. Pour tout complément d'information sur Astellas Pharma Europe, veuillez consulter le site http://www.astellas.eu.

Références

1. Ananthakrishnan AN. Clostridium difficile infection: epidemiology, risk factors and management. Nat Rev Gastroenterol Hepatol. 2011;8:17-26.

2. Alcala L, et al. The Undiagnosed cases of Clostridium difficile in a whole nation: where is the problem? CMI 2012;18(7):E204-13.

3. Bauer MP, et al. Clostridium difficile infection in Europe: a hospital-based survey. Lancet. 2011;377:63-73.

4. Crobach MJ, et al. European Society of Clinical Microbiology and Infectious Diseases (ESCMID): Data review and recommendations for diagnosing Clostridium difficile-infection (CDI). Clinical Microbiology and Infection 2009;15:1053-1066.

5. Vonberg RP, et al. Costs of nosocomial Clostridium difficile-associated diarrhoea. J Hosp Infect. 2008;70:15-20.

6. Wilcox MH, et al. Financial burden of hospital-acquired Clostridium difficile infection. J Hosp Infect. 1996;34:23-30.

7. Dubberke MD, Wertheimer AI. Review of current literature on the economic burden of Clostridium difficile infection. Infect Control Hosp Epidemiol. 2009;30:57-66.

8. Lyytikäinen O, et al. Hospitalizations and Deaths Associated with Clostridium difficile Infection, Finland, 1996-2004. Emerging Infectious Diseases. 2009;15:761-5.

9. Søes L, et al. The emergence of Clostridium difficile PCR ribotype 027 in Denmark - a possible link with the increased consumption of fluoroquinolones and cephalosporins? Euro Surveillance. 2009;14:19176.

10. Soler P, Nogareda F, Cano R. Rates of Clostridium difficile infection in patients discharged from Spanish Hospitals, 1997-2005. Infection Control and Hospital Epidemiology. 2008;29:887-9.

11. Vonberg RP, Schwab F, Gastmeier P. Clostridium difficile in discharged inpatients, Germany. Emerging Infectious Diseases. 2007;13:179-80.

12. Polgreen PM, et al. A time-series analysis of Clostridium difficile and its seasonal association with influenza. Infect Control Hosp Epidemiol. 2010;31(4):382-7.

13. Poutanen SM et al. Clostridium difficile-associated diarrhoea in adults. CMAJ. 2004;171:51-8.

14. Kelly CP et al. Clostridium difficile infection. Ann Rev Med. 1998;49:375-390.

15. Pepin J, et al. Increasing risk of relapse after treatment of Clostridium difficile colitis in Quebec, Canada. Clin Infect Dis. 2005;40:1591-7.

16. Bouza E, et al. Results of a phase III trial comparing tolevamer, vancomycin and metronidazole in patients with Clostridium difficile-associated diarrhoea. Clin Micro Infect. 2008;14(Suppl 7):S103-4.

17. Lowy I, et al. Treatment with Monoclonal Antibodies against Clostridium difficile Toxins. N Engl J Med. 2010;362;3:197-205.

18. Louie TJ, et al. Fidaxomicin versus vancomycin for Clostridium difficile infection. N Engl J Med. 2011;364:422-31.

19. Bauer MP, et al. European Society of Clinical Microbiology and Infectious Disease (ESCMID): treatment guidance document for Clostridium difficile-infection (CDI). Clin Microbiol Infect. 2009;15:1067-79.

SOURCE Astellas Pharma Europe Ltd




Custom Packages

Browse our custom packages or build your own to meet your unique communications needs.

Start today.

 

PR Newswire Membership

Fill out a PR Newswire membership form or contact us at (888) 776-0942.

Learn about PR Newswire services

Request more information about PR Newswire products and services or call us at (888) 776-0942.