Le conseil de la Banque Export-Import des États-Unis adopte de nouvelles directives sur l'environnement pour réduire les émissions de gaz à effet de serre

WASHINGTON, 13 décembre 2013 /PRNewswire/ -- Le conseil d'administration de la Banque Export-Import des États-Unis, Ex-Im Bank, vient d'adopter ce jour de nouvelles procédures et lignes directrices sur l'environnement et les projets à taux élevé d'émission de carbone, s'alignant ainsi sur l'objectif du Président Obama de réduire les émissions polluantes, tout en maintenant la politique de la banque axée sur le soutien et la création d'emplois nationaux liés à l'exportation.

(Logo : http://photos.prnewswire.com/prnh/20110414/MM83673LOGO)

« Il n'y a pas de plus grand défenseur des exportations américaines et des emplois américains qu'ils produisent et maintiennent que cette banque et ce conseil. Depuis 2009, nous avons soutenu près de 1,2 millions d'emplois », déclare Fred P. Hochberg, président du conseil et président d'Ex-Im Bank. « Nous ne pouvons le faire cependant sans tenir compte des coûts environnementaux associés aux opérations. »

Les nouvelles lignes directrices adoptées aujourd'hui exigent le captage et le stockage du carbone dans la plupart des pays pour obtenir le financement de la banque en faveur des centrales thermiques au charbon, mais doivent donner à la banque la flexibilité à l'égard des besoins énergétiques importants des pays les plus pauvres dans le monde. 

Ces nouvelles mesures ont été rédigées par le personnel d'Ex-Im Bank et longuement examinées par les exportateurs, le public, les principaux groupes environnementaux, l'administration fédérale américaine ainsi que d'autres agences fédérales par le biais d'un processus de vérification et de contrôle complet et transparent.

« La Banque s'engage dans un numéro délicat d'équilibriste : à la fois soutenir nos exportateurs, tout en pesant les impacts potentiels sur l'environnement liés à notre financement, » ajoute Hochberg. « Ce numéro d'équilibriste est une mission prescrite par le Congrès, une directive inscrite à notre charte, fait partie intégrante de notre mission, et représente quelque chose que nous prenons très au sérieux à Ex-Im Bank. »

Hochberg précise : « Nos propositions d'orientation sont amenées a équilibrer non seulement les obligations de la Banque vis à vis de ses nombreuses parties prenantes, mais aussi ses efforts pour soutenir la croissance de l'emploi américain lié aux exportations. »

« Sans directives et sans limites, le nombre toujours croissant de nouvelles centrales au charbon dans le monde va continuer à émettre toujours plus de carbone et polluer l'air que nous respirons, » rappelle Hochberg. « Mais l'Amérique ne peut pas œuvrer seule. Je soutiens fermement les efforts de l'administration pour arriver à un consensus international tel que d'autres pays nous emboîtent le pas en limitant le financement de nouvelles centrales électriques au charbon. »

Ex-Im Bank est parmi les premiers organismes de crédit à l'exportation (OCE) au monde à avoir adopté des mesures destinées à protéger l'environnement tout en finançant les exportations.

  • En 1995, la Banque a été le premier OCE à prendre des mesures et des directives environnementales régissant son financement à l'exportation.
  • En 1999, la Banque a commencé à suivre et à rendre publiques les émissions de carbone produites par les projets qu'elle finançait. Encore aujourd'hui, Ex-Im Bank est le seul OCE à assurer le suivi et à rendre des comptes sur les émissions de carbone.
  • En 2009, la Banque a adopté une politique officielle sur le carbone et, en 2010, elle s'est dotée de directives supplémentaires pour les projets à taux élevé d'émission de carbone.

Les nouvelles directives approuvées aujourd'hui n'ont pas vocation à toucher les projets miniers ou les exportations de charbon produites par les mines américaines. Le personnel d'Ex-Im Bank a travaillé avec d'autres agences afin de s'assurer que la flexibilité de ces directives soit compatible avec les consignes émanant d'autres agences fédérales.

Outre la validation de nouvelles directives environnementales, le conseil a avalisé aujourd'hui plusieurs opérations qui, combinées, permettront de soutenir plus de 11 200 emplois américains liés à l'exportation.

À PROPOS D'EX-IM BANK :

La Banque Export-Import des États-Unis est une agence fédérale indépendante qui crée et maintient des emplois américains en comblant des lacunes dans le financement privé de l'exportation, sans frais pour le contribuable américain. Au cours des cinq dernières années (à partir de l'exercice 2008), Ex-Im Bank a fait gagner aux contribuables américains près de 1,6 milliard de $ US au-delà du coût de ses opérations. La Banque offre une variété de mécanismes de financement, comprenant des garanties de fonds de roulement, de l'assurance et du financement de crédit à l'exportation, pour aider les acheteurs étrangers à acheter des biens et services américains.

Ex-Im Bank a autorisé des financements pour un montant total 35,8 milliards pour l'exercice 2012, un record historique pour la banque. Ce chiffre inclut plus de 6,1 milliards de $ US en soutien direct aux ventes à l'exportation des petites entreprises, également un record pour Ex-Im Bank. Au total, les autorisations de la Banque soutiennent environ 50 milliards de $ US en ventes à l'exportation américaine et environ 255 000 emplois américains dans les communautés à travers le pays. Pour plus d'informations, visitez le site www.exim.gov.

SOURCE Export-Import Bank of the United States



RELATED LINKS
http://www.exim.gov

More by this Source


Custom Packages

Browse our custom packages or build your own to meet your unique communications needs.

Start today.

 

PR Newswire Membership

Fill out a PR Newswire membership form or contact us at (888) 776-0942.

Learn about PR Newswire services

Request more information about PR Newswire products and services or call us at (888) 776-0942.