Les chercheurs scientifiques de l'École de médecine de l'université du Maryland identifient le premier vaccin antipaludique efficace de la phase sanguine

BALTIMORE, September 14, 2011 /PRNewswire/ --


- Un vaccin de la phase sanguine permettrait d'éviter l'apparition et la transmission de cette maladie mortelle

D'après une étude publiée dans le New England Journal of Medicine et effectuée par l'École de médecine de l'université du Maryland, en association avec l'université de Bamako, Mali, et d'autres partenaires, des chercheurs scientifiques ont identifié le premier vaccin antipaludique de la phase sanguine. Le développement d'un vaccin de la phase sanguine est un objectif majeur dans le domaine de la recherche antipaludique. Un tel vaccin permettrait de tuer le parasite du paludisme lorsqu'il quitte le foie et rentre dans le flot sanguin où il provoque des fièvres et d'autres symptômes pouvant entraîner un coma, voire la mort. Plus de 300 millions de cas de paludisme sont recensés chaque année et la maladie tue plus de 800 000 personnes par an.

(Logo: http://photos.prnewswire.com/prnh/20110228/DC55959LOGO-b)

Au cours d'un essai de phase II d'un vaccin expérimental de la phase sanguine effectué au Mali, les chercheurs ont établi que le vaccin produisait un niveau élevé d'immunité spécifique de souche. Les personnes vaccinées étaient bien protégées contre les parasites présentant un profil génétique similaire à la souche du paludisme utilisée dans le vaccin. L'étude a été publiée le 15 septembre.

« Cet essai constitue la première bonne nouvelle que nous avons reçue depuis longtemps en matière de vaccins de la phase sanguine », déclare Christopher Plowe, M.D. auteur principal de l'étude et professeur de médecine, d'épidémiologie et de santé publique, de microbiologie et d'immunologie et leader du groupe antipaludique du Centre pour le développement des vaccins de l'université du Maryland. « Le fait que nous ayons identifié cette protection antipaludique partielle a revitalisé complètement tout ce domaine de recherche. Grâce à cela, nous pouvons espérer créer un vaccin de la phase sanguine efficace en utilisant une combinaison précise des souches appropriées afin d'offrir une protection contre la plupart des types de paludisme. »

Un vaccin antipaludique efficace de la phase sanguine ressemblerait au vaccin antipoliomyélitique qui est le résultat de l'association de trois souches spécifiques de la polio afin de créer une immunité élargie contre la maladie, explique le Dr Plowe, qui est aussi un chercheur « Doris Duke Distinguished Clinical Scientist » et un investigateur du Howard Hughes Medical Institute.

Le vaccin décrit dans l'étude NEJM, intitulée FMP2.1/AS02A est basée sur une seule souche du parasite Plasmodium falciparum malaria, la forme la plus courante et la plus mortelle du parasite trouvé en Afrique. Le vaccin inventé et fabriqué par le Walter Reed Army Institute of Research consiste en une protéine du paludisme issue des phases sanguines du parasite. Cette protéine, appelée AMA1, est associée à un adjuvant développé et fabriqué par GlaxoSmithKline Biologicals. L'adjuvant est un composé qui dynamise la réponse immunitaire au vaccin.

Pour cette étude, l'équipe du Centre pour le développement des vaccins de l'École de médecine de l'université du Maryland a collaboré avec des chercheurs du Walter Reed, de GlaxoSmithKline et du National Institute of Allergy and Infectious Diseases, ainsi qu'un groupe de chercheurs maliens du centre de recherche et de formation sur le paludisme. Ce groupe incluait l'auteur principal Mahamadou Thera, M.D., Ph.D. et Ogobara Doumbo M.D., Ph.D., tous les deux professeurs de parasitologie à l'université de Bamako. L'étude bénéficie de l'appui du National Institute of Allergy and Infectious Diseases et de l'Agence internationale pour le développement des États-Unis.

Au cours de l'été 2007, 200 enfants maliens ont été vaccinés avec le vaccin de l'étude  tandis qu'un groupe de contrôle de 200 autres enfants ont été vaccinés avec un vaccin contre la rage. Les chercheurs ont ensuite suivi le nombre d'enfants contractant le paludisme au cours des six mois suivants. Les chercheurs ont initialement constaté que les enfants vaccinés avec le vaccin antipaludique présentaient presque autant de cas de paludisme que les enfants vaccinés avec le vaccin contre la rage. Le vaccin antipaludique ne protégeait qu'à 17 % contre toutes les souches du paludisme.

Les chercheurs ont alors décidé de regarder de plus près. En utilisant des échantillons de sang prélevés sur les enfants au cours d'attaques de paludisme, les chercheurs ont établi la séquence du gène parasite pour la protéine du vaccin AMA1. Ils ont été agréablement surpris de découvrir que le vaccin protégeait fortement contre les parasites possédant un profil génétique similaire à celui du paludisme utilisé dans les vaccins.

« Si les enfants étaient infectés avec un parasite possédant la même protéine AMA1 que le parasite utilisé dans le vaccin, nous avons remarqué que ce vaccin protégeait alors à 64 % », explique le Dr Plowe. « Aucun autre vaccin de la phase sanguine possède une telle efficacité contre le paludisme clinique. C'est la première bonne nouvelle depuis longtemps en matière de vaccins de la phase sanguine. »

La clé pour un vaccin de la phase sanguine efficace est de trouver une combinaison précise de souches du paludisme afin de créer la protection la plus importante possible, conclut le Dr Plowe. Le groupe de recherche travaille déjà à d'autres possibilités.

 


SOURCE University of Maryland School of Medicine



More by this Source


Custom Packages

Browse our custom packages or build your own to meet your unique communications needs.

Start today.

 

PR Newswire Membership

Fill out a PR Newswire membership form or contact us at (888) 776-0942.

Learn about PR Newswire services

Request more information about PR Newswire products and services or call us at (888) 776-0942.