Les donnees d'une analyse poolee montrent un profil de tolerance favorable pour Zonegran (zonisamide) chez les patients ages presentant des crises d'épilepsie partielles

HATFIELD, Royaume-Uni, July 16, 2013 /PRNewswire/ --

L'analyse poolée montre que le zonisamide constitue une alternative efficace des crises d'épilepsie partielles chez les personnes âgées, comme chez les adultes

Les résultats d'une analyse groupée, publiés aujourd'hui dans Acta Neurologica Scandinavica, montrent que Zonegran® (zonisamide) présente un profil de tolérance favorable dans le traitement des crises d'épilepsie partielles, avec ou sans généralisation secondaire, chez les personnes âgées (65 ans et plus), quand il est utilisé en monothérapie ou en association.

Les données de sécurité d'emploi observées chez les patients âgés (n=95) ont été du même ordre que celles observées chez les adultes (n=1389), cependant que l'incidence des événements indésirables rapportés comme graves et liés au traitement a été inférieure, respectivement 56 % vs 73 % et 13 % vs. 17 %. La plupart des effets indésirables apparus sous traitement (EIAT) étaient d'intensité légère à modérée. Les seuls EIAT graves ou sévères rapportés par ≥ 2 % des patients âgés étaient les « convulsions » (4 %). Une perte de poids de plus de 10 % chez 11 % des patients âgés sous monothérapie a également été observée. Le zonisamide a démontré un profil favorable en matière de tolérabilité et d'innocuité chez les patients âgés. Par ailleurs, aucun signe défavorable, nouveau ou inattendu, sur son innocuité n'a été identifié. [1] Une analyse groupée des données de tolérance sur 95 sujets âgés a montré une fréquence d'œdèmes périphériques et de prurit relativement élevée par rapport à la population adulte. L'examen des données obtenues depuis la mise sur le marché du médicament suggèrent que les patients âgés de 65 ans et plus signalent une fréquence plus importante que la population générale des évènements suivants : syndrome de Stevens-Johnson (SJS) et syndrome d'hypersensibilité  médicamenteuse (syndrome DRESS). Cependant, cette analyse n'a pas vraiment pu évaluer ces effets en raison du petit nombre de patients.

Par rapport à la population adulte plus jeune, chez les patients âgés, l'épilepsie diffère en matière d'étiologie, de tableau clinique et de pronostic.[2] La prise en charge de l'épilepsie chez les personnes âgées est complexe et difficile, particulièrement en raison de comorbidités et de besoins médicamenteux associés particulièrement élevés.[3]

La mortalité est particulièrement élevée chez les personnes âgées atteintes d'épilepsie, avec 30 pour cent de crises aiguës se traduisant par un état de mal épileptique qui peuvent mettre en jeu le pronostic vital. Ceci est particulièrement vrai lorsqu'une crise se prolonge au-delà de 30 minutes, ou lorsque les crises se produisent sous forme de salves, plus courtes mais, avec peu ou pas de périodes de récupération entre elles, ce qui entraîne un risque de mortalité de 40 pour cent.[4],[5]

Un quart des cas d'épilepsie récemment diagnostiqués concernent la population âgée.[6] En Europe, on estime à 600 000 le nombre de personnes âgées de 65 ans et plus atteintes d'épilepsie, soit 7 pour 1 000. Environ 85 000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année,[7] or on estime qu'en 2060 près d'un tiers des personnes en Europe seront âgées de 65 ans ou plus.[8]

« L'analyse menée chez les personnes âgées est d'un grand intérêt pour les professionnels de santé et pour les  patients car elle porte à leur connaissance fait que le zonisamide constitue une approche thérapeutique ayant un profil de tolérance favorable pour la prise en charge des personnes âgées épileptiques, ce qui est également étayé par les connaissances déjà obtenues en matière de traitement de cette pathologie, » a commenté Eugen Trinka, professeur de Neurologie, faculté de médecine Paracelse, Salzburg, Autriche.

Le zonisamide administré en monothérapie en une prise unique quotidienne, ou en tant que traitement d'association, est un antiépileptique (AE) de deuxième génération doté de multiples mécanismes d'action et de structure chimique sans relation avec aucun autre AE.[9] Dans le cadre du récent examen effectué par  la Ligue internationale contre l'Épilepsie (LICE), Zonegran a été classé parmi les quatre AE disposant d'un niveau de preuves d'efficacité de grade A en monothérapie initiale chez les adultes présentant des crises partielles d'épilepsie. [10]

« L'épilepsie affecte un nombre considérable de personnes âgées et étonnamment peu de recherches ont été menées chez cette population de patients. Ces nouvelles données encourageantes améliorent nos connaissances sur Zonegran et montrent qu'il s'agit d'un médicament au profil de tolérance favorable, dans des groupes de patients plus larges, comme celui des personnes âgées,  que ce soit en monothérapie en prise quotidienne unique, ou en traitement d'association en une ou deux prises par jour, » a déclaré Luigi Giorgi, Eisai Europe.

Le développement continu du zonisamide souligne la mission d'Eisai dans le domaine de la santé humaine, (human health care, hhc), l'engagement du laboratoire vers des solutions innovantes en matière de prévention, de traitement et de guérison des maladies, avec pour objectif la santé et le bien-être des personnes à travers le monde. Eisai œuvre dans le domaine thérapeutique de l'épilepsie et cherche à répondre aux besoins médicaux insatisfaits des patients épileptiques et de leur famille. Eisai est fier de mettre à la disposition des patients et des prescripteurs, actuellement plus d'antiépileptiques que toute autre société dans la région EMEA.

À propos du Zonegran (zonisamide)

Le zonisamide est autorisé en Europe en monothérapie et prise quotidienne unique, dans le traitement de crises partielles, d'épilepsie avec ou sans généralisation secondaire, chez les adultes récemment diagnostiqués. De plus, le zosinamide est indiqué en association, chez l'adulte, en une ou deux prises quotidiennes, dans le traitement des crises partielles d'épilepsie (avec ou sans généralisation). Il dispose d'un large spectre de modes d'action. Il n'a pas d'effet appréciable sur les concentrations plasmatiques à l'état d'équilibre d'autres médicaments antiépileptiques, tels que la phénytoïne, la carbamazépine et le valproate.[9]

Le zonisamide est disponible sous forme de gélules dosées  à 25, 50 et 100 mg.

En monothérapie, la posologie quotidienne recommandée au cours des deux premières semaines est de 100 mg. La dose peut ensuite être augmentée à 200 mg par jour, puis à 300 mg après les deux semaines suivantes.[1]

En association, la posologie initiale recommandée est de 50 mg en deux prises quotidiennes. Après une à deux semaines, la dose journalière peut être augmentée à 100 mg, puis, en fonction de la réponse clinique et de la tolérance au traitement, la dose peut être augmentée graduellement toutes les semaines par paliers de 100 mg, jusqu'à obtention de la dose minimale efficace. La posologie d'entretien est comprise entre 300 et 500 mg par jour. [9]

Pour de plus amples renseignements, veuillez-vous rendre sur le site Internet Eisai, http://www.eisai.co.uk

Zonegran chez les personnes âgées[1]

La tolérance et la sécurité d'emploi chez les patients âgés présentant des crises partielles d'épilepsie a été réalisée à partir d'une analyse groupée,  sur 1389 adultes (18-65 ans), regroupant de 95 patients âgés de 65 ans et plus.[11] Les évaluations portaient sur les EI apparus sous traitement, les analyses biologiques et le poids. Le zonisamide a montré un profil de tolérance favorable chez les patients âgés par rapport aux adultes et aucune observation nouvelle ou inattendue en matière de sécurité d'emploi n'a été identifiée au cours de l'analyse.

L'incidence globale des évènements indésirables apparus sous traitement (EIAT) a été similaire chez les personnes âgées versus les patients adultes (78/95 [82%] vs. 1165/1389 [84 %]). L'incidence des EIAT graves a été inférieure chez les personnes âgées versus les patients adultes (11/95 [12 %] vs. 299/1463 [20 %]) et les EIAT conduisant à un arrêt du traitement ont été de 17/95 [18 %] vs. 324/1463 [22 %]. Pour la plupart, les EIAT ont été d'intensité légère à modérée. Les EIAT rapportés par ≥5 % des patients dans les deux cohortes et plus fréquemment chez les personnes âgées versus les patients adultes ont été la fatigue (11/95 [12%] vs. 135/1389 [10 %]), les rhino-pharyngites (8/95 [8 %] vs. 100/1389 [7 %]), la constipation (7/95 [7 %] vs. 67/1389 [5 %]), les œdèmes périphériques (4/95 [4 %] vs. 18/1389 [1 %]), les prurits (6/95 [6 %] vs. 29/1389 [2 %]) et les douleurs oro-pharyngées (2/95 [2 %] vs. 3/1389 [0,2 %]).

Les seuls EIAT sévères ou graves rapportés par ≥2 % des patients âgés ont été des « convulsions » (4/95 [4 %]). Trois patients âgés sont décédés, mais un seul décès a été considéré comme lié au traitement (collapsus circulatoire suivant une pancréatite). Les EIAT conduisant à une interruption du traitement de ≥2 % des patients âgés ont été les sensations vertigineuses (4/95 [4 %]), les céphalées (2/95 [2 %]), la somnolence (2/95 [2 %]) et un état confusionnel (2/95 [2 %]). Pour les patients âgés, il n'a été observé que des modifications des paramètres biologiques cliniquement peu significatives. Aucun signalement d'alcalose respiratoire ou d'acidose métabolique et aucune modification significative du poids n'ont été rapportés.

Un examen des données post-commercialisation a suggéré une incidence plus importante des évènements indésirables de type syndrome de Stevens Johnson (SJS) et syndrome d'hypersensibilité médicamenteuse chez les patients âgés de 65 ans que dans la population générale.

Cependant, cette analyse n'a pas pu évaluer les effets du zonisamide sur l'incidence de certains événements indésirables présentant un intérêt particulier, comme le syndrome de Stevens Johnson, les pneumonies et les troubles osseux, qui surviennent à des fréquences trop faibles pour être décelés sur un nombre aussi faible de patients.[9]

À propos de l'épilepsie

L'épilepsie est l'une des maladies neurologiques les plus répandues dans le monde; touchant environ 8 personnes sur 1 000 en Europe, et près de 50 millions de personnes dans le monde.[12],[13]  L'épilepsie est une maladie chronique du cerveau qui affecte les personnes de tous âges. L'épilepsie se caractérise par des décharges électriques cérébrales anormales produites par les neurones et provoquant les crises épileptiques. Les crises peuvent varier en intensité, allant de brèves pertes d'attention ou de petites secousses musculaires à des convulsions sévères et prolongées. Suivant leur type, les crises d'épilepsie peuvent se limiter à une partie du cerveau ou à l'ensemble du cerveau. Leur fréquence est également variable, de moins d'une fois par an à plusieurs fois par jour. L'épilepsie est une maladie dont les causes possibles sont nombreuses et souvent inconnues.

EISAI Europe et l'épilepsie

EISAI se consacre au développement et à la mise à disposition de nouveaux traitements à forte valeur ajoutée pour améliorer la qualité de vie des patients épileptiques. C'est pourquoi le développement de médicaments antiépileptiques représente un défi de première importance pour EISAI en Europe, au Moyen-Orient, en Afrique, en Russie et en Océanie (EMEA).

Dans la région EMEA, EISAI a déjà mis à disposition les quatre médicaments suivants :

  • Zonegran® (zonisamide) indiqué en monothérapie et en association chez les adultes présentant des crises d'épilepsie partielle, avec ou sans généralisation secondaire (sous licence Dainippon Sumitomo Pharma).
  • Zebinix® (acétate d'eslicarbazépine) indiqué chez l'adulte en association dans le traitement des crises d'épilepsie partielle avec ou sans généralisation secondaire (Zebinix est commercialisé sous licence BIAL). Zebinix n'est pas approuvé par Swissmedic.
  • Inovelon® (rufinamide) indiqué en association dans le traitement des crises d'épilepsie associées au syndrome de Lennox-Gastaut chez les patients âgés de 4 ans et plus. (le rufinamide a été développé à l'origine par Novartis).
  • Fycompa® (perampanel) indiqué en association, dans le traitement des crises d'épilepsie partielles, avec ou sans généralisation secondaire, chez les patients épileptiques âgés de 12 ans et plus.

À propos d'EISAI

Eisai est l'un des plus grands laboratoires pharmaceutiques mondiaux de recherche et développement dont la mission consiste à « penser en priorité aux patients et à leurs familles et  améliorer les bénéfices offerts par les prises en charge thérapeutiques», ce qu'EISAI appelle le hhc (human health care).

Eisai concentre son activité de recherche sur trois secteurs clés:

  • les neurosciences, domaine comprenant la maladie d'Alzheimer, l'épilepsie, la douleur et la perte de poids;
  • l'oncologie, domaine comprenant les traitements des cancers par des médicaments anticancéreux, de régression et suppression tumorales, anticorps, etc.
  • les pathologies vasculaires/immunologiques, domaine comprenant la thrombocytopénie, la polyarthrite rhumatoïde, le psoriasis et la maladie intestinale inflammatoire.

Basé aux États-Unis, en Asie, en Europe et au Japon, Eisai emploie plus de 10 000 personnes dans le monde. À partir de son siège Européen EKC (European Knowledge Creation) basé à Hatfield au Royaume-Uni, particulièrement important et ayant une capacité de conditionnement pour le monde entier. Eisai a récemment étendu ses activités à l'Europe, au Moyen-Orient, à l'Afrique la Russie et à l'Océanie (EMEA). Eisai EMEA est présent sur plus de 20 territoires, notamment le Royaume-Uni, la France, l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne, la Suisse, la Suède, l'Irlande, l'Autriche, le Danemark, la Finlande, la Norvège, le Portugal, la République Tchèque, la Slovaquie, les Pays-Bas, la Belgique et le Moyen-Orient.

Pour de plus amples renseignements, consulter le site Internet Eisai http://www.eisai.co.uk

Références

1. 1 Trinka E, Segieth J, Patten A, Giorgi L. Safety and Tolerability of zonisamide in elderly patients with epilepsy. Acta Neurologica   Scandinavica 2013

2. Ramsay RE, Rowan AJ, Pryor FM. Special considerations in treating the elderly patient with epilepsy. Neurology 2004;62(Suppl 2):S24-9

3. Trinka E. Epilepsy: comorbidity in the elderly. Acta Neurol Scand Suppl 2003;180:336.

4. DeLorenzo RJ, Hauser WA, Towne AR et al. A prospective, population-based epidemiologic study of status epilepticus in Richmond, Virginia. Neurology 1996;46:102935.

5. Brodie MJ, Elder AT, Kwan P. Epilepsy in later life. Lancet Neurol 2009;8:101930.

6. Stephen LJ. Epilepsy in elderly people. Lancet 2000;355:1441.6.

7. Forsgren L. The epidemiology of epilepsy in Europe - a symptomatic review. Eur J Neurol 2005;12:245. 53.

8. European Commission Ageing report: Europe needs to prepare for growing older

http://ec.europa.eu/economy_finance/articles/structural_reforms/2012-05-15_ageing_report_en.htm (accessed in 2012)

9. Eisai Ltd 2012. Zonegran Summary of Product Characteristics [http://emc.medicines.org.uk ]

10. Glauser T. et al. Updated ILAE evidence review of antiepileptic drug efficacy and effectiveness as initial monotherapy for epileptic seizures and syndromes. http://www.ilae.org/Visitors/Documents/Guidelines-epilepsia-12074-2013.pdf [accessed in April 2013]

11. Trinka E, Segieth J, Giorgi L. Tolerability and safety of zonisamide in elderly patients with partial epilepsy: results of a pooled analysis. Abstract ECE 2012 (p019)

12. Epilepsy in the WHO European Region: Fostering Epilepsy Care in Europe. http://www.ibe-epilepsy.org/downloads/EURO%20Report%20160510.pdf [accessed on 10 April 2012]

13. Pugliatti M, et al. Epilepsia 2007: 48(12) 2224 - 2233.

 

Job code: Zonegran-UK2486a

Date of preparation: July 2013


SOURCE Eisai Europe Limited




Custom Packages

Browse our custom packages or build your own to meet your unique communications needs.

Start today.

 

PR Newswire Membership

Fill out a PR Newswire membership form or contact us at (888) 776-0942.

Learn about PR Newswire services

Request more information about PR Newswire products and services or call us at (888) 776-0942.