2014

Les données sur une année du Registre mondial sur la Fibrillation auriculaire (FA) révèlent que les agents antithrombotiques ne sont pas utilisés de façon optimale pour prévenir l'ACV

-- Les présentations du registre GARFIELD au Congrès ESC CONGRESS 2013 fournissent des données de résultats sur les méthodes de traitement face au monde réel des populations à risque de FA --

AMSTERDAM, le 3 septembre 2013 /PRNewswire/ -- Les données de résultats sur une année de la première cohorte de GARFIELD (Global Anticoagulant Registry in the FIELD – registre mondial sur les anticoagulants sur le TERRAIN), une initiative de recherche académique innovatrice et indépendante, fournissent des perspicacités dans le risque élevé des AVC chez les sous-populations de patients atteints de fibrillation auriculaire (FA).  Les conclusions, de huit résumés présentés cette semaine au ESC Congress 2013, révèlent collectivement que l'anticoagulothérapie – qui est reconnu pour réduire de manière significative le risque des AVC dans les patients atteints de FA – est systématiquement sous-utilisée chez ces patients à risque de FA.

GARFIELD est dirigé par un comité de pilotage international sous les auspices de l'Institut de recherche sur la thrombose (Thrombosis Research Institute, TRI), à Londres. C'est une étude prospective, multicentrique d'observation à l'échelle internationale qui a été conçue pour interpréter le fardeau de FA à l'échelle mondiale, une affectation courante dans laquelle les deux petites chambres supérieures du cœur (les oreillettes) palpitent au lieu de battre de manière rythmée, ce qui peut entraîner des complications qui mettent en danger la vie, dont les ACV. Jusqu'à 2 % de la population est atteint de FA.(1) En dépit de la disponibilité de traitements préventifs hautement efficaces, les AVC dus à la FA continuent de représenter un fardeau clinique et sociétal pesant et croissant.

« Ces données de GARFIELD sur une année illustrent que les lignes directrices empiriques de prévention des AVC ne sont pas toujours suivies dans la pratique clinique quotidienne », a dit professeur The Lord Ajay Kakkar, professeur de chirurgie à University College Londres et directeur de TRI, Londres R-U. « Saisis collectivement, ces résultats récents soulignent à nouveau ce qui a été observé dans les essais cliniques concernant le risque des AVC dans les patients de FA.  La recherche suggère qu'il existe des possibilités d'améliorer les résultats du patient par une application plus systématique de meilleure pratique et l'adoption des nombreuses thérapies innovatrices afin de prévenir des AVC dans les patients à risque élevé de FA ».

Les données présentées au ESC Congress 2013 proviennent du premier des cinq cohortes GARFIELD.  La première cohorte comprend un total de 10 614 patients atteints de FA non-valvulaire et au moins un investigateur-déterminant d'un facteur de risque supplémentaire d'AVC, recrutés de 540 sites sélectionnés aléatoirement dans 19 pays. De ces patients, 5 089 ont été recrutés rétrospectivement comme cohorte de validation et 5 525 ont été recrutés prospectivement et comportent les populations de l'étude dans ces résumés.  Les lignes directrices ESC pour la gestion de la fibrillation auriculaire recommandent que tous les patients à risque élevé d'AVC soient prescrits l'anticoagulothérapie aux antagonistes de la vitamine K (AVK), sauf indication contraire. Le risque élevé d'AVC est défini comme score >/= 2 sur le score de risque CHA2DS2-VASc. Les données de référence indiquées précédemment ont prouvé que dans la cohorte 1, 82,6 % des patients avaient CHA2DS2-VASc >/= 2, mais seulement 62 % de ces patients avaient bénéficié de l'anticoagulothérapie.

Les données pour la recherche de stratification du risque d'AVC présentées au ESC Congress 2013 étaient disponibles chez 5 523 patients recrutés prospectivement entre décembre 2009 et octobre 2011. 

Les données sur une année – qui sont préliminaires et devraient être interprétés avec prudence – ont été compris dans une présentation verbale et sept résumés d'affiches.  La présentation verbale a été décrite à State of the Art: Acute coronary syndromes - current guidelines and future prospects (État de la technique : Syndromes coronariens aigus – lignes directrices actuelles et perspectives d'avenir), une séance qui a mis en lumière les quatre résumés les plus haut classés sur ce sujet. 

Les points culminants des données, qui ont été corrigées pour des facteurs de confusion pertinents, comprennent :

Présentation verbale

  • Faire baisser de manière significative l'utilisation des AVK dans les patients de FA atteints du syndrome coronarien aigu (SCA) par rapport à ceux sans SCA (48,9 % par rapport à 51,7 %, respectivement) malgré un risque comparable de décès toutes causes confondues, d'AVC/embolie systémique (ES), d'hémorragie grave et de SCA récurrent après 1 an
    • 10,1 % (n=559) des patients avaient des antécédents de SCA, 44,0 % (n=246) desquels avaient des antécédents d'implantation d'endoprothèse vasculaire

Présentations d'affiches

  • Profil à risque plus élevé et utilisation plus fréquente de traitements antithrombotiques dans les patients de FA qui ont subi un AVC précédent ou une attaque ischémique transitoire (AIT) 
    • Les patients de FA ayant déjà subi un AVC ou une AIT avaient un risque accru de décès de 44 % (HR* 1,44, p=0,037) et ils étaient deux fois plus susceptibles de souffrir d'AVC/ES (HR 2,27, p=0,004) dans la première année du diagnostic que les patients qui n'avaient pas déjà souffert d'AVC/AIT
    • Plus de patients de FA ayant déjà subi un AVC ou une AIT ont bénéficié des AVK (58,1 % par rapport à 50,5 % pour aucun AVC/AIT auparavant), bien que ces anticoagulants soient nettement sous-utilisés dans les deux groupes
  • Le risque de décès diminue dans les patients de FA qui bénéficient d'un contrôle de rythme (l'utilisation de médicaments pour rétablir un rythme cardiaque normal) par rapport à un contrôle du taux (l'utilisation de médicaments pour faire baisser la fréquence cardiaque plus proche de l'état normal)
    • Parmi les patients étudiés, 38,1 % (n=2 107) bénéficiaient d'un contrôle de rythme et 49,8 % (n=2 754) bénéficiaient de la thérapie de contrôle du taux
    • Les patients de FA qui bénéficient de thérapie de contrôle de rythme avaient un risque de décès inférieur à 28 % (HR 0,72, p=0,041) en comparaison aux patients qui bénéficient de la thérapie de contrôle du taux
    • Les patients qui bénéficient d'un contrôle de rythme étaient plus jeunes et avaient un score inférieur de risque d'AVC
    • Les deux groupes ont différé dans de nombreux aspects alors il se peut qu'il y ait quelques variables résiduelles de confusion affectant la conclusion
  • Un profil de risque global plus élevé pour les patients de FA qui sont atteints de la maladie coronarienne (CAD)
    • 19,3 % (n=1 066) des patients de l'étude sont atteints de CAD – ces patients étaient plus âgés, plus susceptibles d'être des hommes et plus susceptibles de bénéficier des AVK en combinaison avec le traitement antiplaquettaire (AP) que des patients non-atteints de CAD
    • Les patients de FA atteints de CAD avaient plus de deux fois le risque pour SCA que les patients non-atteints de CAD (HR 2,49, p=0,016), mais un risque comparable de décès, d'AVC/ES et d'hémorragies graves
  • Taux réduit d'utilisation des AVK dans les patients atteints de FA paroxystique par rapport à la FA permanente en dépit d'un niveau de risque comparable d'AVC et d'embolie systémique
    • 24,4 % (n=1 348) des patients de l'étude sont atteints de FA paroxystique par rapport à 14,2 % (n=785) atteints de FA permanente
    • Les AVK, seuls ou en combinaison avec AP, ont été utilisés dans 39,1 % des patients atteints de FA paroxystique et 61,0 % des patients atteints de FA permanente
    • Le risque de décès était inférieur à 38 % dans les patients atteints de FA paroxystique par rapport à permanente (HR 0,62, p=0,057)
    • Le risque d'AVC/embolie systémique était semblable dans les deux groupes de patients (HR=1,18, p=0,72)
  • Le risque réduit d'AVC et l'utilisation moins fréquente d'anticoagulants dans les patients récemment diagnostiqués de FA en provenance d'Asie par rapport à l'Europe
    • 28,7 % (n=1 587) des patients ont été recrutés en Asie et 58,6 % (n=3 237) ont été recrutés en Europe
    • Les patients en Asie étaient, en moyenne, plus susceptibles d'être des hommes, plus jeunes, d'avoir un indice de masse corporelle inférieur et d'avoir moins de comorbidités que ceux en Europe
    • Indépendamment du niveau de risque, l'utilisation des AVK était sensiblement plus élevée en Europe (61,4 %) par rapport à en Asie (35,8 %), ce qui accentuent les différences substantielles dans l'utilisation des thérapies disponibles de prévention des AVC  
  • L'utilisation moins fréquente des AVK chez les patients atteints de FA récente par rapport à permanente, bien qu'un taux semblable de décès et d'AVC entre les deux groupes
    • 44,8 % (n=2 477) des patients étaient atteints de FA récente par rapport à 14,2 % (n=785) atteints de FA permanente 
    • L'utilisation des AVK, seuls ou en combinaison avec AP, était inférieure dans les patients avec FA récente (52,1 %) par rapport à FA permanente (61,0 %)
    • Le risque d'AVC/embolie systémique s'élevait à 47 % dans les patients atteints de FA permanente par rapport à récente, bien que cette différence ne soit pas statistiquement significative (HR 1,47, p=0,36)
    • Les nouveaux patients de FA étaient légèrement plus jeunes en âge
  • La sous-utilisation des anticoagulants parmi une proportion appréciable de patients de FA qui subissent la conversion de courant continu (DCC+) – une technique pour rétablir le cœur à un rythme sinusal normal –malgré des lignes directrices qui recommandent leur utilisation pour la prévention d'AVC
    • Peu de patients – 11,1 % (n=614) des patients – dans le registre ont subi la DCC dans les quatre mois du diagnostic, bien qu'ils aient été récemment diagnostiqués atteints de FA
    • Les patients qui subissent la DCC étaient plus susceptible de bénéficier de la thérapie aux AVK que les patients qui ne subissaient pas le procédé.  Cependant, 6,9 % des patients DCC+ ont bénéficié d'aucun traitement antithrombotique et 12,5 % n'ont bénéficié que d'AP
    • Les résultats de décès toutes causes confondues, d'AVC/ES ou d'hémorragie grave à 1 an n'ont pas différé entre les groupes

À propos de GARFIELD
Le registre GARFIELD est une étude prospective, multicentrique d'observation à l'échelle internationale des hommes et des femmes atteintes de FA récemment diagnostiqués et d'un ou plusieurs autres facteurs de risque d'AVC. Celui-ci va suivre prospectivement 50 000 patients récemment diagnostiqués de FA, originaires d'au moins 1 000 centres répartis dans 50 pays en Amériques, en Europe orientale et occidentale, en Asie, en Afrique et en Australie.

GARFIELD est le plus important registre prospectif de patients atteints de FA et courant un risque d'AVC. Celui-ci cherche à décrire le fardeau de cette maladie face au monde réel et à fournir des perspectives sur l'impact des complications thromboemboliques et hémorragiques découvertes dans cette population de patients.  Il fournira une meilleure compréhension des méthodes de traitement antithrombotiques et des possibilités d'améliorer les soins et les résultats cliniques à partir d'un groupe de patients représentatif et diversifié et de populations caractéristiques.  Ceci devrait aider les médecins et les systèmes de santé à adopter de façon pertinente les innovations afin d'assurer les meilleurs résultats pour les patients et les populations.  

Le registre a débuté en décembre 2009. Quatre caractéristiques de conception principales du protocole GARFIELD assurent une description complète et représentative de FA :

  • Cinq cohortes séquentielles de patients prospectifs récemment diagnostiqués, qui facilitent des comparaisons de périodes discrètes et décrivent l'évolution des traitements et des résultats.
  • Les sites investigateurs qui sont sélectionnés aléatoirement, dans le cadre de contextes nationaux de soins pour la FA soigneusement attribué, qui assurent que la population de patients recrutés est représentative.
  • Le recrutement de patients consécutifs admis indépendamment de la thérapie pour éliminer le biais potentiel de sélection.
  • Les données de suivi capturées pendant un minimum de 2 ans et jusqu'à 8 ans après le diagnostic pour créer une base de données complète des décisions et des résultats de traitement dans la pratique clinique quotidienne.

Les patients inclus ont été diagnostiqués atteints de FA non-valvulaire au cours des six dernières semaines et ils présentent au moins un facteur de risque supplémentaire d'AVC ; à ce titre, ils sont candidats à l'anticoagulothérapie pour prévenir les caillots sanguins qui provoquent les AVC. L'identification des patients qui présentent un ou plusieurs facteurs de risque d'AVC dépendra du jugement clinique des investigateurs. Les patients seront inclus qu'ils suivent l'anticoagulothérapie ou non, afin que les stratégies et les échecs de traitement, actuels et futurs, puissent être bien compris par rapport aux profils de risque et aux comorbidités des patients.

Les données seront collectées sur une période de suivi prolongée allant jusqu'à 8 ans et elles comprendront les résultats suivants : AVC thromboembolique, accidents ischémiques transitoire (AIT ou « mini-attaques »), caillots sanguins affectant d'autres parties du corps, hémorragies, persistance thérapeutique, taux d'abandon, consultations médicales et hospitalisations, besoin d'interventions électives urgentes, morbidité cardiovasculaire et mortalité toutes causes confondues.

Parmi les patients traités aux antagonistes de la vitamine K, les données de résultats supplémentaires comprendront la fréquence et le calendrier de surveillance qui sont exigés pour maintenir une bonne innocuité et un niveau thérapeutiquement efficace de l'anti-coagulation ainsi que les interventions requises pour gérer les complications dues à la thérapie d'anti-coagulation.

Le registre GARFIELD a été rendu possible par une bourse de recherche sans restrictions de Bayer Pharma AG.

Le Fardeau de FA
Jusqu'à 2 % de la population mondiale est atteint de FA. Plus de 6 millions d'Européens sont atteints de cette forme d'arythmie et on estime que sa prévalence aura au moins doublé d'ici l'an 2050 compte tenu du vieillissement de la population. Environ 4,5 millions de personnes dans l'Union Européenne et 2,6 millions de personnes aux États-Unis sont atteintes de FA et les estimations indiquent que d'ici l'an 2014 plus de 12 millions de personnes dans la région Asie-Pacifique seront atteintes de FA.(1,2,3,4) La FA quintuple le risque d'AVC et un AVC sur cinq est imputable à cette forme d'arythmie. Les accidents ischémiques cérébraux associés à la FA sont souvent mortels et les patients qui survivent sont souvent atteints de séquelles graves et plus susceptibles de subir une récidive que les patients victimes d'un AVC pour d'autres raisons. Par conséquent, le risque d'un décès imputable à un AVC provoqué par une FA double et le coût des soins augmente de 50 %.(5) La condition survient lorsque des parties des oreillettes émettent des signaux électriques non coordonnés qui causent les chambres à pomper trop rapidement et de manière irrégulière, ne permettant pas au sang d'être pompé complètement à l'extérieur des oreillettes.(6) Par conséquent, le sang peut s'accumuler, coaguler et provoquer une thrombose, qui est la première cause de mortalité dans les pays développés et dans ceux en voie de développement.

Si un caillot sanguin sort de l'oreillette gauche, il est susceptible d'aller se loger dans une artère dans d'autres parties du corps, en particulier dans le cerveau. Un caillot sanguin dans une artère située dans le cerveau provoque un AVC. En effet, quatre-vingt-douze pour cent des AVC mortels sont causés par des thromboses.(7) Les personnes atteintes de FA présentent un risque élevé d'insuffisance cardiaque, de fatigue chronique et d'autres problèmes du rythme cardiaque.(8,9) Les AVC représentent une cause majeure de handicaps à long terme dans le monde entier – chaque année 5 millions de victimes deviennent handicapées de façon permanente.(10)

À propos de l'Institut de recherche sur la thrombose (TRI)
Le TRI est une fondation caritative et un institut de recherche pluridisciplinaire qui se consacre à l'étude de la thrombose et de ses troubles afférents. La mission du TRI consiste à proposer l'excellence dans la recherche et l'éducation liées à la thrombose, de mettre au point de nouvelles stratégies afin de prévenir et de traiter la thrombose et en vue d'améliorer la qualité des soins, de faire avancer les résultats cliniques et de réduire les coûts des soins de santé. Le TRI est membre de l'organisme University College London Partners Academic Health Science System.

Pour en savoir plus, consultez le site Internet http://www.tri-london.ac.uk/garfield.  

*  HR = Rapport de risque, qui désigne le risque relatif de survenue d'un résultat dans une analyse réalisée (par exemple, la mortalité) dans un groupe par rapport à un autre

(1) Jamil-Copley S, Kanagaratnam P.  Stroke in atrial fibrillation-hope on the horizon? (AVC en fibrillation auriculaire-lueur d'espoir ?) J R SOC INTERFACE. 8/16/13. Disponible en consultant : http://rsif.royalsocietypublishing.org/content/7/Suppl_6/S765.full   (2) The Lancet Neurology. Stroke prevention: getting to the heart of the matter (Prévention des AVC : au cœur de la question). 8/16/13. Disponible en consultant : http://www.atrialfibrillation.org.uk/files/file/Articles_Medical/Lancet%20Neurology-%20getting%20to%20the%20heart%20of%20the%20matter.pdf  
(3) Thrombosis Advisor. Thrombosis Facts (Faits marquants sur la thrombose). 8/16/13.   
(4) Chinese Medical Journal 2004; 117 (12): 1763-176. Disponible en consultant : http://dronedarone-atrial-fibrillation-pressoffice.com/sites/default/files/event-document/af_in_the_asia-pacific_region.pdf  
(5) European Society of Cardiology. Guidelines for the Management of Atrial Fibrillation (Lignes directrices sur la gestion de la fibrillation auriculaire). 8/16/13. http://eurheartj.oxfordjournals.org/content/early/2010/09/25/eurheartj.ehq278.full   
(6) National Heart Lung and Blood Institute. What is Atrial Fibrillation (Fibrillation auriculaire : Qu'est-ce que c'est ?). 8/16/13. Disponible en consultant : http://www.nhlbi.nih.gov/health/dci/Diseases/af/af_what.html  
(7) Thrombosis Research Institute. About Thrombosis (À propos de la thrombose). 8/16/13. Disponible en consultant : http://www.tri-london.ac.uk/about.asp  
(8) Rockson SG, Albers GW. Comparing the guidelines: anticoagulation therapy to optimize stroke prevention in patients with atrial fibrillation (Comparaison des lignes directrices : l'anticoagulothérapie pour optimiser la prévention des AVC dans les patients atteints de fibrillation auriculaire). J Am Coll Cardiol 2004; 43(6):929-35. 
(9) American Heart Association. Why is AF a problem? (Pourquoi la FA est-elle un problème ?). 8/16/13. Disponible en consultant : http://www.heart.org/HEARTORG/Conditions/Arrhythmia/AboutArrhythmia/Why-is-AF-a-Problem_UCM_423776_Article.jsp
(10) World Heart Foundation. The Global Burden of Stroke (Le fardeau mondial des AVC). 8/16/13. Disponible en consultant : http://www.world-heart-federation.org/cardiovascular-health/stroke/

SOURCE Thrombosis Research Institute



RELATED LINKS
http://www.tri-london.ac.uk/garfield

Custom Packages

Browse our custom packages or build your own to meet your unique communications needs.

Start today.

 

PR Newswire Membership

Fill out a PR Newswire membership form or contact us at (888) 776-0942.

Learn about PR Newswire services

Request more information about PR Newswire products and services or call us at (888) 776-0942.