L'UE encouragée à intégrer l'Ukraine pour en retirer des bénéfices commerciaux exceptionnels

Jun 13, 2013, 11:56 ET from Ukraine Monitor

BRUXELLES, June 13, 2013 /PRNewswire/ --

L'ancien président de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE) a déclaré lors d'une conférence à Istanbul que l'UE devrait « ouvrir la porte » à des pays comme l'Ukraine et tirer profit des échanges commerciaux croissants et plus élargis et de la diffusion des valeurs européennes.

Mevlüt Çavuşoğlu, vice-président du Parti turc justice et développement (AKP), chargé des Affaires étrangères et ancien président de l'APCE, a déclaré à la EU Istanbul Conference que l'UE a le choix entre aider et écarter des pays comme l'Ukraine.

« L'Ukraine devrait bénéficier d'aide des deux côtés au lieu d'être poussée par les deux parties », a-t-il précisé dans son discours à propos de la relation tant avec l'Union européenne qu'avec la Russie.

« L'Union européenne dispose d'une occasion historique d'ouvrir le marché ukrainien et de doubler le total des échanges commerciaux annuels qui se situe actuellement à 40 milliards d'euros », a-t-il indiqué.

Quant à la Turquie, il a rajouté : « Le commerce compte également parmi les avantages que l'UE pourrait tirer d'un accord d'association avec mon pays, la Turquie. L'Union européenne devrait ouvrir la porte à la Turquie si le pays le souhaite et s'il est prêt à respecter les exigences de l'UE. »

Les commentaires de M. Çavuşoğlu précèdent une période importante pour l'Ukraine et sa relation avec l'UE. Kiev devrait signer l'accord d'association avec l'UE en novembre au Sommet du partenariat oriental à Vilnius. Il s'agit d'un premier pas timide vers l'adhésion à l'UE, mais qui entraîne également le début d'un accord de libre-échange approfondi et complet entre les deux parties.

Toutefois, si cet accord ne se concrétise pas, M. Çavuşoğlu a averti les participants à la conférence qu'il y aurait des conséquences. L'UE n'est pas le seul candidat à un partenariat avec l'Ukraine. La Russie propose à l'Ukraine l'adhésion à son Union douanière comme alternative à une intégration plus poussée dans l'Europe.

« L'Ukraine est partagée entre la finalisation de l'accord d'association avec l'Union européenne et l'adhésion à l'Union douanière sous la houlette de la Russie », a expliqué M. Çavuşoğlu.

« Dans ces circonstances, quelle que soit la décision prise elle est susceptible de compromettre le développement de ce pays, voire son unité. Aucun pays européen ne devrait être confronté à un tel choix. »

L'ancien ministre des Affaires étrangères britannique Jack Straw et le commissaire européen à l'Élargissement Stefan Füle figuraient également parmi les conférenciers.

SOURCE Ukraine Monitor