Plusieurs institutions des droits de l'homme s'engagent à soutenir les efforts destinés à mettre fin à la discrimination envers les personnes atteintes de la lèpre

TOKYO, le 30 janvier 2014 /PRNewswire/ -- L'Appel mondial 2014 pour mettre fin à la stigmatisation et à la discrimination envers les personnes atteintes de la lèpre s'est tenu à Jakarta, en Indonésie, le 27 janvier dernier, et a été soutenu par plusieurs institutions nationales des droits de l'homme issues de 39 pays et régions.

L'Inde, le Brésil et l'Indonésie, qui accueillent le plus grand nombre de personnes atteintes de la lèpre à travers le monde, ont fait partie des États pour lesquels les institutions des droits de l'homme ont déclaré : « Nous défendons le droit pour les personnes atteintes de la lèpre de vivre dans la dignité, et sans discrimination. Nous nous engageons à nous efforcer de faire tomber les barrières de stigmatisation et de préjugés auxquelles ces personnes sont aujourd'hui confrontées. »

Inauguré en 2006, l'Appel mondial annuel est une initiative de Yohei Sasakawa, président de la Nippon Foundation et ambassadeur itinérant de l'OMS pour l'élimination de la lèpre.

« Il est triste de constater que même aujourd'hui, alors que la lèpre est une maladie curable, il existe encore d'importantes barrières de stigmatisation et de préjugés sociaux entre la société et les personnes atteintes par cette maladie, » a-t-il déclaré devant près de 250 personnes présentes lors de la cérémonie d'ouverture.

Les chefs religieux, les enseignants, ainsi que les professions médicales et juridiques font partie de ceux qui ont soutenu les précédents appels, et Sasakawa espère que le soutien des organisations des droits de l'homme permettra désormais d'accélérer les efforts afin de résoudre le problème. « Ces organisations sont précisément capables d'enquêter sur les nombreuses violations des droits de l'homme, et de prendre les mesures appropriées telles que la formulation de recommandations auprès de leurs gouvernements, » a-t-il déclaré.

Représentant de la Commission nationale des droits de l'homme en Indonésie, le Dr Dianto Bachriadi a expliqué que le gouvernement devait être accompagné de la participation du pays tout entier pour résoudre le problème, « y compris des personnalités religieuses et publiques. » Justice K.G. Balakrishnan, président de la Commission nationale des droits de l'homme en Inde, a évoqué la nécessité d' « un changement général de la perception sociale » afin de promouvoir le respect des droits des personnes atteintes de la maladie.

Chaque année, la lèpre est diagnostiquée chez près 230 000 personnes. En l'absence de traitement, cette maladie peut entraîner des lésions nerveuses permanentes ainsi qu'un handicap. Chez les personnes affectées, la stigmatisation liée à la maladie limite les opportunités d'éducation, d'emploi et de mariage, et restreint leur accès aux services publics.

S'exprimant en tant que personne ayant déjà envisagé le suicide après avoir été confronté à de graves discriminations, Muhammad Amin Rafi a déclaré : « Nous souhaitons simplement être considérés comme des êtres humains tout en étant acceptés sans distinction par la communauté. »

Contact :
Natsuko Tominaga
Département RP
The Nippon Foundation
Tél : +81-3-6229-5131
E-mail : pr@ps.nippon-foundation.or.jp

SOURCE The Nippon Foundation




Custom Packages

Browse our custom packages or build your own to meet your unique communications needs.

Start today.

 

PR Newswire Membership

Fill out a PR Newswire membership form or contact us at (888) 776-0942.

Learn about PR Newswire services

Request more information about PR Newswire products and services or call us at (888) 776-0942.